Dot.Blog

C#, XAML, Xamarin, UWP/Android/iOS

Il y-a-t-il une vie après les démos ? Les préférences sous Xamarin.Forms

De la coupe aux lèvres il y une certaine distance, de la démo à la réalité aussi… Partons d’un exemple concret pour en apprendre plus sur les Xamarin.Forms tout en prenant la mesure du travail à fournir pour passer d’une démo à une App réelle…

De la coupe aux lèvres

Jullunder_monkey_drinking_coca-cola

C’est en regardant une vidéo de James Montemagno, évangéliste appointé chez Microsoft pour Xamarin, qu’il m’est venu une interrogation quasi métaphysique : quel est l’intérêt d’un blog et plus d’une vidéo lorsqu’elle ne fait que dire ce qu’il y a dans la doc ?

Cette vidéo est celle de la présentation de la fonction de gestion des Préférences utilisateurs (ou plutôt leur persistance) se trouvant dans la librairie Xamarin.Essentials dont je vous ai déjà parlé ici. Durant les 5 minutes 56 secondes de cette courte présentation de l’API Preferences, dans le cadre d’une série “API of the Week” (l’API de la semaine), James montre la gestion des préférences avec une petit exemple. Rien de spécial au demeurant. 6 minutes c’est court pour traiter un sujet. C’est un format qui est à la transmission de la connaissance ce que le fastfood est à la gastronomie.

On comprend aisément qu’il existe aujourd’hui une génération YouTube qui préfère voir des vidéos plutôt que de lire. Je n’ai pas de jugement à porter, chaque génération a ses influences qu’elle n’a pas choisies car paradoxalement ce cadre a été mis en place par la génération de leur parent qui eux généralement critiquent ce changement ! Quand des gamins s’entichaient du rock’n roll dans les années 50 au grand dam des adultes, n’aurait-il pas été nécessaire de leur rappeler que ce sont ces mêmes adultes qui créaient les émissions de télé, qui détenaient les chaînes de radio etc ? Rendre coupable quelqu’un de suivre une mode qu’on a mise en place est assez gonflé… Il en fut de même pour la musique Pop, le Ska, ou YouTube aujourd’hui.

Personnellement je préfère lire, je vais plus vite à extraire l’info dont j’ai besoin. Mais quand j’avais 10 ans MSN n’existait pas, et “chatter” avec ses potes consistait dans la pratique à s’habiller et à marcher jusqu’à chez eux pour sonner à leur porte et voir s’ils étaient là ou non avant même de savoir ce qu’on allait bien pouvoir faire… Pas de nostalgie, mais il est vrai que comme la slow-food, le “slow living” imposait des temps morts propices à la rêverie qui renforce l’imaginaire et la créativité autant que des envolées de pensées plus complexes. Cela développait aussi un sens plus aigu de l’observation. Bref tout ce qui est nouveau n’est pas forcément un progrès et tout ce qui est vieux n’est pas forcément dénué d’intérêt !

La vidéo de James dont il est question s’inscrit dans cette nouveauté, cette influence du temps qui fait que les mots parlés devant une caméra semblent plus accessibles que ceux qu’on lit sur un papier ou un écran.

Quelques minutes pour présenter une API, why not ?

Ce qui m’a choqué n’est donc pas le format ni son support, dans un réflexe qui aurait alors été plus ou moins réactionnaire. Non ce qui m’a dérangé c’est que cette vidéo n’apportait vraiment rien de plus que la documentation qui tient en une page web et en 3 méthodes…

Là je me suis dit, zut, tourner une vidéo juste pour lire deux lignes sur un site web on atteint peut-être la limite du “tout vidéo”… Celle du ridicule étant dépassée.

Bien entendu il ne s’agit pas ici de critiquer le travail de James Montemagno, il s’inscrit dans l’air du temps, c’est un gars sympathique et jovial, et regarde qui veut regarder.

C’est plus une critique de cet air du temps qui fait qu’un gars comme lui ne trouve rien de choquant à lire un site web en 6 minutes sans rien y ajouter de plus.

Et puis cela soulève le problème déjà plus ancien de l’écart entre les démos et la réalité…

Dans tous mes bouquins, mes papiers, mes conférences, mes vidéos, j’essaye systématiquement de me mettre dans des conditions réelles, au moins très proches de celles-ci. Car les belles démos où tout se passe bien alors qu’on galère des heures à les reproduire c’est négatif !

C’est mauvais car on croit qu’on est un crétin, ou que le produit est nul, qu’on n’y comprend rien, que c’est bogué, on cherche à savoir légitimement pourquoi ce qui a pris 2 secondes dans la démo ne marche toujours pas au bout de 3 heures… Et c’est très démotivant je trouve. C’est de l’anti pédagogie.

Je sais que le monde va vite et qu’il faut un gag dans les 30 premières secondes à toute série sinon le spectateur zappe sur une autre chaîne… Et la pédagogie demande du temps ce qui est plutôt l’inverse de ce monde de la “jouissance instantanée”.

Mais il n’est pas interdit de réfléchir à des formats intermédiaires. Par exemple il y a Dot.Blog, c’est écrit, j’y raconte des choses comme cette longue introduction qui ne se trouve pas dans la vidéo (et oui c’est ça le truc du jour !), mais dans cette dernière, tout en conservant une limite de 20/30 minutes max, le format de “Dot.Vlog”, je tente d’être au plus près de la réalité.

Celui qui lit en apprendra un peu plus, celui qui vidéote aura tout de même l’essentiel d’une démarche réaliste.

Bref, de la démo à la réalité il y a toujours une distance et moi ce qui m’intéresse c’est de parcourir cette distance avec vous, vous aider à faire ce voyage, car, désolé James, n’importe quel couillon peut lire une doc et en faire une vidéo. Cela n’a aucun intérêt. C’est comme toujours le voyage qui compte bien plus que la destination !

La vidéo ! (la mienne)

Partant de ce constat, je me suis dit, essayons de refaire la même chose que James mais en se confrontant à tous les problèmes réels qui vont se poser. J’étais convaincu que rien ne serait aussi simple que ce qu’il montre. Forcément j’avais raison, mais là n’est pas la question je le savais dès le départ avant même d’avoir commencer à enregistrer, c’est une évidence mise en proverbe par la fameuse distance de la coupe aux lèvres. Rien de nouveau sous le soleil donc.

Et c’est ce voyage, entre une démo simpliste et le passage à la réalité que je vous invite à faire en ma compagnie dans ce nouvel épisode de Dot.Vlog :

Lien Direct : https://youtu.be/DW_xJRyFOxc

Conclusion

La pédagogie n’interdit pas le modernisme, mais ce dernier, mal “métabolisé” peut en revanche déboucher sur du vide de contenu, de sens.

Dot.Blog et Dot.Vlog tentent par leur complémentarité d’éviter cet écueil en vous proposant à la fois un support écrit et un support Vidéo le tout dans un format raisonnable qui traite bien de la réalité des problèmes abordés sans les survoler.

Le tout dans la langue de Molière, ce qui est rare en informatique.

Si cela vous plait, n’hésitez à commenter la vidéo (pas ici mais sur YouTube), mettre le fameux pouce bleu et à partager, car vous le savez l’algorithme de YouTube prend en compte ces indices de popularité pour proposer la chaîne à ceux qui ne la connaissent pas encore. Quitte à bosser gratuitement (pas de pub sur Dot.Blog et pas de monétisation sur Dot.Vlog) autant que ce soit pour le plus grand nombre !

Stay Tuned !

blog comments powered by Disqus