Dot.Blog

C#, XAML, Xamarin, UWP/Android/iOS

Les unités Mobiles en 2014 – Axer correctement ses développements

[new:30/05/2014]Axer correctement ses développements réclame de connaitre l’état du marché et ses projections. En observant les données pour le marché français des unités mobiles il est donc possible d’en tirer quelques enseignements pour le futur…

Une infographie complète

Il existe une infographie complète publiée par la société azetone.com et qui peut être consultée sur Slide Share. C’est un bon prétexte pour discuter du marché ! N’hésitez pas à consulter le document original puisque je ne commenterai pas tous les chiffres mais juste ceux qui m’intéressent et que je complèterai le tout d’autres sources au sein d’un discours qui n’existe pas dans le document évoqué… 

Rappelons que ces chiffres ne concernent que le marché français.

La guerre tablette / PC

Pour 2014 les prévisions semblent s’établir à 17,5 millions de smartphones, 8 millions de tablettes et 3,7 millions de  PC Portables.

Connaitre les chiffres des PC non portables serait plus complet, mais on verra plus bas que cette information existe aussi.

Quoi qu’il en soit on constate bien des ventes soutenues pour les smartphones et une courbe toujours accentuées pour les tablettes. Les PC Portables ayant pris la queue du peloton.

Ce qui est intéressant et que ne montre pas l’infographie de Azeton, c’est la progression des ventes de smartphones en France sur les dernières années. 17,5 millions d’unités pour 2014 c’est beaucoup ou c’est peu ? Comment se faire une idée si on ne peut comparer ?

Voilà ce que nous dit l’historique (source GFK) pour notre pays :

image

17,5 millions en 2014 représentent ainsi 10.75% d’augmentation par rapport à 2013 (15,8 millions). C’est toujours un marché soutenu qui tend à se calmer un peu (un peu seulement) car une progression de plus de 10% témoigne d’une dynamique bien réelle !

L’étude parle aussi de 8 millions de tablettes. Même question… c’est bien ou pas ?

L’historique GFK nous montre l’évolution de ces dernières années :

image

Un peu moins généreuse l’estimation GFK parle de 7.5 millions de tablettes pour 2014, mais on reste dans le même ordre de grandeur. Les ventes 2013 se sont élevées à 6.2 millions d’unités. Soit une augmentation prévisionnelle pour 2014 de près de 21% ce qui est assez énorme. Il est d’ailleurs intéressant de noter que la France se situe “pile poil” dans la moyenne mondiale puisque la progression sur la même période à l’échelle planétaire à été d’un peu moins de 21%. Pas de spécificité française sur ces marchés mobiles donc.

Quant au marché des PC de toute nature, le tableau GFK suivant est plus précis à répond à la question que je soulevais, à savoir la répartition des ventes en fonction du type de PC :

image

Comparé aux ventes de 2012 et 2013 le marché des PC en 2014 ne sera pas l’occasion de vider la cave de vos meilleurs champagnes c’est clair… –5% sur les machines de bureau, idem sur les portables, seuls les hybrides semblent tirer leur épingle du jeu mais ils n’existent que depuis peu de temps.

Que dire de ces tendances ? … Qu’il va se vendre 2 fois plus de tablettes que de PC. Mais quand on a dit ça a-t-on réellement dit quelque chose d’utile ?

Ce n’est pas certain…

En effet, les particuliers sont poussés vers l’achat de tablettes, puisqu’ils sont presque tous déjà équipés de smartphones et de PC de bureau ou portable… Dans un effet de mode les gens se jettent sur ce nouvel outil séduisant et pas très cher. Mais ils gardent leur “bon vieux PC” pour travailler… Dans un ou deux ans, quand ces vieux PC vont mourir, les gens achèteront-ils une nouvelle tablette ou un nouveau PC, et cette année là ne verra-t-on pas les courbes de vente tablette/pc s’inverser ? … Tout dépend si on considère les hybrides comme des PC portables ou comme des tablettes à clavier !

D’après mon expérience d’utilisateur une tablette est un joli jouet de geek mais elle a beaucoup de mal à justifier sa place entre un smartphone de bonne taille, un pc de bureau et un pc portable, équipement standard de M. ToutLeMonde – et plus encore chez un geek.

Personnellement seule ma tablette 8” me sert un peu comme liseuse, ma 10” Android prend la poussière et ma Surface RT aussi faute d’applications “pro”. Et comme je ne suis pas un fou de streaming, difficile de rentabiliser réellement ces machines – qu’il ne faut pas oublier de charger régulièrement pour ne pas voir leurs batteries mourir précocement… En revanche mon smartphone est bourré d’applications, mon dernier PC portable est tout à l’inverse des tendances du rikiki avec une diagonale de 18,5”, 8 cœurs, 32 Go de Ram et 3To de disque, le tout pour un confort fabuleux et mes pc de bureau sont des grosses machines doublées d’onduleurs, de NAS en raid, etc. Autant de choses qu’aucune tablette ne peut offrir c’est évident. Je n’en demande pas tant non plus à mon smartphone pourtant il se connecte à mes NAS, il me permet d’imprimer ou de scanner sur ma Brother Wifi, etc. Du coup cela laisse peu de champ libre à mes tablettes pour m’aider au quotidien… Et c’est bien là le problème des tablettes peu importe ce que les chiffres de vente peuvent laisser penser.

Dans un article de la fin 2012, ça commence donc à dater, je décrivais déjà ce problème que j’appelais le “couloir de la tablette”, un espace extrêmement étroit coincé entre la “route du smartphone” et le “boulevard du PC”… Voici le petit schéma que je montrais alors pour illustrer ce propos :

Ce “couloir de la tablette” est encore plus restreint qu’on le pense puisqu’il est lui même borné par deux syndromes que j’appelais celui de la “Poche de veste” et celui de la “Porte de parking”. Ne reste plus aux tablettes pour exister que la petite partie hachurée…

J’éviterai les redites et j’invite le lecteur intéressé à consulter l’article original toujours d’actualité malgré son ancienneté – toute relative malgré tout – “UX: Le Syndrome de la Porte de Parking appliqué à Surface et au Windows Store”.

En gros, le Syndrome de la poche de veste impose une taille maximale aux smartphones et on le voit en pratique chez Samsung par exemple, les S3, S4 et S5 autant que les Note 2, 3, etc ne progressent plus qu’à coup de dixième de pouce… Cette limite de la taille d’une main ou d’une poche de veste créée en contrepartie une borne inférieure pour la taille des tablettes. Aucune tablette ne peut être plus petite qu’un smartphone, cela ne se vendrait pas (cela serait vu comme un téléphone qui ne téléphone pas, un non-sens commercial).

Quant au Syndrome de la Porte de Parking qui démarre dans le couloir des tablettes et qui englobe le boulevard des PC disons qu’il s’agit de la quantité d’effort à fournir pour atteindre l’application désirée et en obtenir le service attendu. Plus cet effort est grand (temps de boot par exemple) plus on se satisfera de quelque chose de moins pratique, moins puissant mais plus instantané (sur son smartphone toujours allumé notamment). Ici je renvoie vraiment le lecteur à l’article original pour avoir tous les détails du raisonnement…

Bref, il va se vendre plus de tablettes cette année, un peu moins de PC, mais le couloir de la tablette étant ce qu’il est, il faudra voir si cela a un avenir auprès du grand public. Personnellement je vois les choses s’inverser dans le futur : gadget inutile, ou streameuse sur canapé au mieux, les tablettes finiront par lasser le grand public mais vont devenir des outils professionnels précieux (pour les représentants, les vendeurs, les visiteurs médicaux…). Les PC hybrides en revanche trouveront certainement leur chemin. Malgré un départ difficile, je continue de croire dans le modèle que propose Microsoft avec Surface. Et l’article évoqué plus haut vous permettra de mieux comprendre encore cet avis.

Parts de marché des OS

Le marché des OS de smartphones 2013 ressemble à peu près à cela pour le Q4 2013 (niveau mondial) :

image

La domination d’Android ne fait plus aucun doute depuis longtemps, elle est écrasante et elle va durer. La bonne tenue de iOS se confirme. Après le grand plongeon qui a vu chuter Apple de 100% du marché à 18%, on arrive à un palier. Apple devrait se maintenir à ce niveau avec une variation faible de quelques pourcents en plus ou en moins sous 24 mois.

D’ailleurs les chiffres de 2013 restent difficiles à interpréter dans les petites variations selon les sources qu’on consulte. Certaines analyses créditent Windows Phone de 7% au niveau mondial plutôt que de 3%, certaines sources allant jusqu’à dire que Windows Phone aurait aujourd’hui 11% du marché français ce qui est très significatif.

Ce qu’il faut retenir de tous ces chiffres c’est qu’il existe véritablement trois pôles difficilement contournables et qu’on est obligé de les prendre tous en compte même… Même si on doit faire des choix on ne peut les faire qu’en connaissance de ces trois marchés bien distincts. D’un côté Android et sa suprématie évidente en nombre de ventes, de l’autre Apple et sa rentabilité qui ne se dément pas, et enfin Windows Phone qui, à force, se fait une place de plus en plus significative et méritée.

La version 8.1 réserve d’ailleurs beaucoup de bonnes choses et Windows Phone est certainement l’OS mobile le plus efficace du marché, et le mieux doté côté plateforme de développement c’est une évidence.

Apple n’étant pas ma tasse de thé je ne peux me résoudre à préconiser cette marque et laisse chacun décider de l’intérêt de développer ou non pour les OS de cet éditeur. 

Reste deux OS auxquels il faut consacrer un minimum d’attention : Android et Windows Phone. J’ai montré l’été dernier notamment avec un cycle de 12 vidéos comment développer pour ces deux cibles avec un même code grâce à Visual Studio, aux PCL, à Xamarin.Android et à MvvmCross. Tout cela était peut-être en avance sur le marché, mais il n’est jamais trop tard pour se lancer – ni pour voir les vidéos !

La nouvelle logique d’Application Universelle de Microsoft unifiant les développement WinRT avec Windows Phone sera certainement une piste à suivre très sérieusement en 2014 / 2015 surtout pour les éditeurs de logiciels et les entreprises. Couvrir tous les form factors avec un même code représente une économie tellement énorme que s’éparpiller avec la concurrence pourrait devenir stupide. Il suffit juste que Microsoft joue correctement la partie et arrive à séduire et tout peut basculer en sa faveur, techniquement les produits sont là et ils sont bons, reste à Nadella de prouver qu’il est plus fort que Ballmer niveau séduction des clients !

Les mobiles et les français

Quelques chiffres sont intéressants à connaitre pour situer un peu mieux le marché des unités mobiles dans notre pays.

Ainsi il faut savoir que selon Médiamétrie il y aurait 27 millions de “mobinautes” soit un peu moins de 50% des français (66 millions environ en 2012). Si on enlève ceux qui sont trop jeunes ou trop vieux, cela fait une bonne majorité des français “actifs” qui sont d’ores et déjà équipés.

On le sait moins encore et le chiffre est d’autant plus intéressant, 8 millions de foyers sont équipés d’une tablette soit 1/3 des foyers français et ce chiffre progresse de 1 million par trimestre (source Médiamétrie).

Bien entendu tout cela doit être revisité sous l’angle de l’analyse que je proposai plus haut, en gardant en tête le fameux “couloir des tablettes”. Mais si le passé ne se change pas, le futur lui est en perpétuel devenir… Si de bons programmes sachant exploiter les spécificités du format sortent le marché des tablettes pourrait accéder à la pérennité qui semble lui faire défaut actuellement. Le futur se fabrique tous les jours et il est possible de le changer. En parler c’est déjà le modifier…

En tout cas un développeur rusé saura tenir compte de cette statistique pour devenir peut-être le prochain roi du logiciel pour tablette !

Pour l’aider dans son choix de développement on lui rappellera que Android occupe 51% du marché national, iOS 38% et Surface 4%. Les mobinautes sont plutôt des hommes (54% contre  46%) qui ont entre 11 et 49 ans (plus de 70%). D’un autre côté la majorité est constituée de CSP+ et- et de retraités…

Android reste ici aussi incontournable, ensuite c’est affaire de choix. Le mien est connu : pas d’Apple et plus de Windows, ce qui avec la convergence PC/Tablette/Smartphone de la version 8.1 devrait rendre cette solution de plus en plus attractive.

Unités mobiles et Web

Une guerre silencieuse se joue entre les Unités mobiles et le Web. J’en ai souvent parlé d’ailleurs.

Depuis longtemps j’affirme que l’avenir est aux applications natives sur smartphone ce qui se confirme largement le temps passant, et comme l’utilisation des PC diminue, c’est forcément le Web qui trinque, le Web pas Internet, ce qui fait une énorme différence.

Les années défilant je constate que ma vision des choses était correcte puisqu’aujourd’hui l’utilisateur de smartphone passe 87% du temps sur des applications natives. Ceux qui pensaient (et certains le pensent encore) qu’un “bon site Web” remplacera avantageusement un développement cross-plateforme natif se fourrent le doigt dans l’œil jusqu’au coude depuis le début, avant je ne pouvais que le dire, avec le recul je peux aujourd’hui l’affirmer… Hors du natif point de salut sauf pour 13% d’exception donc…

En revanche sur tablette ce temps passe à 76%. Les utilisateurs de ces machines consacrent ainsi 9% de temps en plus sur le Web et donc 9% de moins sur les applications natives ce qui créée un différentiel significatif… Mais fallait-il être un expert exceptionnel pour être certain que les grandes diagonales des tablettes faciliteraient la consultation des sites Web alors même que l’étroitesse de ces mêmes diagonales sur smartphones étaient la principale raison de la préférence des applications natives mieux conçues pour ces petits espaces visuels ? C’est donc une lapalissade, sauf que maintenant on peut la chiffrer !

Il n’en reste pas moins vrai que 76% ou 87%, cela fait une majorité écrasante d’utilisateurs qui préfèrent les applications natives. C’est l’un des éléments fondamentaux pour comprendre le “moins de Web et le plus d’Internet” qu’impliquent les unités mobiles. Plus ces dernières remplacent les PC moins les sites Web sont consultés et plus les services du Web, le Cloud, donc Internet sont exploités via des applications natives.

On notera d’ailleurs que si on ne parle plus de pourcentage de temps entre applications natives et Web mais de pourcentage global de trafic Web, les smartphones bien que plus nombreux ne sont à l’origine que d’une dizaine de pourcents de l’activité Web là où les tablettes en génèrent presque 17% !

Il est là d’ailleurs le jouet de geek : une tablette c’est pratique pour voir son mail ou faire du streaming dans le canapé sans se trimbaler un PC portable… C’est à mon avis de la capacité des éditeurs de logiciels à inventer d’autres utilisations plus originales que viendra le salut à moyens et longs termes de la tablette comme outil “informatique”. Sinon elle subsistera comme “accessoire ménager”, ce qui est bien moins passionnant pour nous en tout cas.

Conclusion

Toujours plus de smartphones, toujours plus de tablettes, un peu moins de PC pour le grand public, voilà le marché de 2014. Niveau OS Android domine la partie, Apple tient le coup et Microsoft essaye de rattraper son retard avec des produits qui deviennent vraiment convaincants.

Sauront-ils séduire le grand public ou bien les jeux sont-ils fait sur ce marché ? Sauront-ils séduire les DSI pour une informatique d’entreprise développée dans la cohérence d’une démarche unifiée ?

Finalement pour 2014 comme pour 2013, c’est Microsoft la variable au contenu caché de ce marché… Les années précédentes la variable s’est révélée avoir une faible valeur, 2014 sera peut-être l’occasion de gonfler la note, on l’espère en tout cas !

Sinon puisque le paysage technologique se stabilise et que rien ne viendra certainement le bouleverser jusqu’en décembre, les mêmes recettes s’imposent : cross-plateforme, multi form factor, et pour cela de bons outils : Visual Studio pour coder et Xamarin pour ajouter iOS et Android aux plateformes Microsoft accessibles depuis cet EDI (WPF et WinRT / WP8).

2014 s’annonce comme une année de stabilisation sans grands changements. Tout se jouera dans le second semestre, et certainement la fin de celui-ci. Un coup de génie chez Apple pour reprendre la 1ere place semble hors de portée, Google et son ChromeOS s’égare à mon avis, mais un coup de génie chez Microsoft qui enverrait Apple en 3ème position, ça c’est possible, et ça ferait un joli buzz pour la fin d’année !

D’ici là du code sera passé sous le pont des compilos ! L’essentiel aura été de bien axer son développement sur les tendances de l’année. Ce billet vous aura peut-être aidé au moins à y penser, à faire le point sur vos projets et les OS qu’ils cibleront.

Stay Tuned…

blog comments powered by Disqus