Dot.Blog

C#, XAML, Xamarin, UWP/Android/iOS

Test de la Gear Fit : un wearable enfin looké

[new:30/04/2014]Samsung vient de sortir outre son S5, toute une série de montres connectées basées, plus ou moins, sur la première Gear. La Gear Fit sort du lot et tranche, notamment niveau look.

Ecran long et incurvé

A la différence des autres montres connectées, la Gear Fit abandonne la forme “montre” classique que cela 2014-04-19 15.43.56soit ronde ou carrée pour une esthétique un peu plus moderne : un écran long et incurvé. C’est tout de suite plus original.

La taille de la “montre” est parfaite pour un poignet d’homme, sur un poignet plus frêle de femme c’est un peu limite mais le bracelet s’adapte bien et l’aspect “bijou technologique” ne déplaira pas aux geekettes !

Personnalisation

La Gear Fit est facilement paramétrable pour changer le type d’horloge affiché aussi bien que le fond. Ici on voit un affichage digital de l’heure avec la date et la météo sur le côté le tout sur un fond lumineux uni (d’autres sont disponibles). La Gear Fit détecte les mouvements et s’allume quand on veut la regarder. Elle s’allume aussi parfois pour rien, mais son autonomie est largement suffisante pour compenser.

Les fonctions fitness

Principalement la Gear fit est utile en tant que podomètre pour la marche ou la course. Elle s’agrémente d’un “coach”, d’une minuterie ou d’un décompte, des options intéressantes ponctuellement (ou non; faire des chronométrages peut être essentiel pour certains utilisateurs – reste la possibilité d’utiliser le chrono pour faire des œufs à la coque ! ). L’analyse (succincte) du sommeil est aussi une fonction intéressante : temps de sommeil et pourcentage sans mouvement sont les données archivées. On est loin de certains logiciels analysant les phases de sommeil. Seul reproche à la Gear Fit : la partie soft est vraiment légère, en tout cas pour l’instant et utilisée avec un S3. Mais la bonne nouvelle c’est qu’à la différence de la 1ere Gear qui ne marchait qu’avec le S4, les nouvelles Gear fonctionnent avec de nombreux smartphone, donc le S3 (en raison de son support de Bluetooth 4 utilisé pour diminuer la consommation de la montre).

Pour l’usager de base, le podomètre permet de se fixer un but journalier, par exemple 10.000 pas qui est la valeur par défaut, ce qui est excellent pour la santé et correspond aux préconisations médicales de l’instant. Juste un problème, pour faire 10.000 pas il faut être chômeur ou postier et dans ce cas on n’a pas forcément les 200 euros à mettre dans une Gear Fit ! Il est donc probable que vous fixiez un objectif plus réaliste, 5000 pas par jour de vraie marche (pas du piétinement) c’est déjà une bonne assurance santé !  La Gear suivra l’évolution de vos performances et vous permettra de savoir où vous en êtes par rapport à l’objectif fixé. Comme je le disais la partie soft est un peu simple, mais elle fait le job. On espère des évolutions un plus “sexy” malgré tout.

Les autres fonctions

La Gear Fit ne s’encombre pas de milliers de fonctions… On trouve bien entendu les notifications (SMS, agenda, etc, le tout est paramétrable) comme la possibilité de rejeter un appel téléphonique avec ou sans SMS d’excuse / justification.

Seule la Gear 2 permet de prendre l’appel sur la montre, de faire tourner des applications dédiées et de prendre des photos. Mais tout cela n’est pas forcément indispensable et coute plus cher pour un look carré pas super joli… Un mauvais appareil photo basse résolution est-ce vraiment utile sur une montre ? Répondre à un appel téléphonique et parler à sa montre dans le brouhaha ambiant (où tout le monde entendra la conversation donc) est-ce réellement plus pratique qu’une sobre oreillette ?

Chacun verra en fonction de ses gouts, besoins et surtout budget car si la Gear Fit est abordable à un peu moins de 200 euros, la Gear 2 est nettement plus chère, et la Gear lite est un entre deux beaucoup moins intéressant…

Conclusion

La Gear Fit n’utilise pas l’OS spécialisé Google pour les objets connecté (qui vient tout juste de devenir disponible), attendre sans cesse pour espérer mieux, ou profiter tout de suite de ce qu’il y a de mieux, tel est l’éternel dilemme du geek SourirePour les autres la question n’a pas de sens : il faut profiter immédiatement de la nouveauté, car après ce n’en est plus une (lapalissade de geek pragmatique).

Pour l’instant j’ai décidé de profiter de la Gear Fit, elle est esthétique, agréable à porter, fait ce dont j’ai besoin, résiste à la poussière et à l’eau, elle est dispo et on peut la kiffer tout de suite. Son autonomie est tout à fait correcte et dépasse les 48/72h selon comment on s’en sert. D’ailleurs la seule chose qui compte c’est que ça tienne au moins une journée d’utilisation poussée, ce qui est largement le cas (et qui ne l’était pas par exemple sur ma Sony Smartwatch dont, qui plus est, le système de connexion pour la charge était défaillant par construction).

On verra plus tard si d’autres produits aussi bien looké sont dispos sous OS Google connecté, ça sera intéressant à suivre.

Pour l’instant la Gear Fit est une montre originale, plaisante, simple, avec un bel écran et un look enfin différent de toutes les montres connectées.

C’est bien entendu aussi et peut-être avant tout un gadget de geek, et je ne dirais pas que l’objet est en soi absolument indispensable… Toutefois si votre montre est morte (ou si vous n’en aviez pas), si vous avez envie de protéger votre capital santé par une petite marche journalière (comme je le fait depuis que j’ai arrêté de fumer il y a trois mois), la Gear Fit prend tout son intérêt.

Au poignet depuis vendredi matin, nous sommes dimanche un peu avant 3h du mat et ma Gear Fit affiche encore 52% de batterie. C’est plus que j’en espérais…

Ah, dernier mot : la montre fonctionne très bien sans le téléphone à proximité, on peut donc la porter pour faire une marche ou un jogging sans s’encombrer du téléphone. Au retour elle se synchronisera automatiquement et transfèrera les données sans aucune perte. C’est tout bête mais bien pensé.

Stay Tuned !

blog comments powered by Disqus