Dot.Blog

C#, XAML, Xamarin, UWP/Android/iOS

Une révolution technique annonce la mort des interfaces graphiques

En effet, de nombreuses études menées tant par IBM que par SUN montrent que, le chiffre est déroutant de précision, 98,54 % de la puissance d'un ordinateur moderne est consacrée à des tâches qui lui sont propres au lieu de faire ce pour quoi on le paye : le travail de l'utilisateur.

Sans entrer dans les détails de ces études, résumons l'essentiel en indiquant que cette puissance "envolée", voire "volée" par les éditeurs de logiciels du monde entier aux possesseurs de PC, est consacrée en majorité à la gestion de l'interface graphique, tant par l'OS que par les applications dont 82,12% du code est consacré à la gestion des fenêtres et autres artifices graphiques.

Ne parlons pas des dernières modes comme Flash de Adobe ni même de Silverlight de Microsoft et encore moins des interfaces graphiques de Ubuntu ou de Vista, ces "goinfres de Ghz" sont hélas aussi des monstres affamés de Ram !

C'est là que la récente publication d'une équipe de chercheurs du MIT vient troubler la fête de tous ces "gigavores". Le sujet : "A simple and efficient user interface for the future". Ni plus ni moins, ils veulent nous montrer la voie à suivre pour les années à venir afin de concevoir des interfaces utilisateurs efficaces, économes en Ram et en puissance machine. Quel est le secret ?

Difficile de tout expliquer, les concepts sont très novateurs et par force réclament un peu de recul que nous n'avons pas encore pour tout comprendre. On se rappelle du temps qu'il aura fallut aux interfaces à fenêtre pour s'imposer alors que leur création par le PARC de Xerox datait déjà de plusieurs décennies ! Il est bien entendu évident que déjà les débats fusent sur le Web "faut-il réécrire toutes les applications ?", "Cette nouvelle norme sera-t-elle une mode?", etc. Nous en avons l'habitude, toutes les idées nouvelles sont ainsi contestées par l'arrière garde de ceux que nous appelons les "dinosaures"...

En bref, le principe exposé par J. Peter et ses collègues repose sur des principes simples (mais odacieux), notamment en utilisant un affichage constitué d'une matrice de 80 caractères sur 25 lignes contrôlé par un pilote matériel contenant en mémoire morte le dessin des lettres de l'alphabet. Les fondeurs tels qu'Intel et AMD se disent près à fabriquer les nouvelles puces, mais les difficultés techniques sont telles que personne n'osent encore avancer de prix pour ces merveilles.
Du côté de la programmation il semble que les langages les plus modernes prennent un sacré coup de vieux ! En effet, pour contrôler l'interface visuelle, il sera nécessaire de supporter un jeu d'instructions particulier. Des exemples de code illustrent l'article du MIT, on peut y voir des combinaisons de type "GotoLine 25" ou "GotoCol 45" le tout imbriqué dans des appels à une mystérieuse classe appelée "Console".

Des prototypes de PC supportant cette technologie innovante devraient bientôt voir le jour, c'est en tout cas ce que laisse supposer l'air entendu et satisfait qu'affichait le patron d'Apple présent lors de la conférence donnée par J.Peter et ses collègues du MIT.

La mort des interfaces graphiques gourmandes en Ram et en puissance semble bien être pour bientôt... Le progrès ne s'arrête pas, ainsi va le monde.

 

Joyeux 1er avril à tous !

blog comments powered by Disqus