Dot.Blog

C#, XAML, Xamarin, UWP/Android/iOS

Windows 9 est mort vive Windows 10 !

[new:30/10/2014]Microsoft a enfin levé officiellement le voile sur la prochaine version de Windows. Et si beaucoup de choses avaient leaké la plus grande surprise fut de découvrir que Windows 9 n’existerait pas…

Pas de Windows 9 !

Avec Windows 8 Microsoft tentait une rupture par le design, audacieux et risqué mais avec un contenu réellement neuf . Avec Windows 10 Microsoft tente de créer la rupture par la numérotation… A cours d’idées ? Pourtant non. Des choses changeront entre 8 et 10. Mais l’essentiel est “sous-terrain” et concerne la fameuse convergence de tous les OS de l’éditeur. Point de passage obligé techniquement, il va rester à convaincre les utilisateurs que les petites améliorations visibles pour eux sont là “pour leur bien”.

Nous avons tous lu ou entendu que certains avancent la raison du passage de W8 à W10 dans le seul but d’éviter que Windows 9 ne somme peu comme Windows 95 ou 98 avec ce neuf en première place.

Très franchement, depuis que Windows 9 est annoncé pas une seule plaisanterie de ce genre n’a été publiée sur les réseaux sociaux, on doute que cela aurait changé à la sortie du produit. Il est vrai que la psychologie de l’acheteur est une science approximative faite de certitudes ou de doutes mais rarement de faits établis. Alors dans le doute…

Personnellement j’opterais pour une raison plus secrète qui réclame de mieux connaitre Microsoft. Ainsi je pense surtout que la vraie raison est à chercher ailleurs. Là où Ballmer et aujourd’hui Nadella vont puiser leur inspiration pour leur business model, leur maitre à penser, chez Apple. Après avoir annoncé vouloir suivre le rythme de ces derniers (un OS par an), après avoir créer un store et avoir copié milles autres petites choses, Microsoft ne veut pas laisser croire à l’utilisateur qu’il est en retard sur son modèle de perfection. Apple affiche fièrement un OS 10, noté OS X. Microsoft voulant se hisser “au niveau” de Apple, Windows saute un numéro pour que MS puisse aussi afficher sur ses boites avec un orgueil à peine dissimulé un magnifique “10” lui aussi qui sera d’ailleurs peut-être même représenté par un “X” ! Enfin on le suppose, tous les produits numérotés 10 sont noté X sur les boites…

Il ne faut pas négliger non plus que c’est une pratique courante chez les éditeurs de logiciels de s’aligner sur le numéro de version d’un produit concurrent pour ne pas passer pour des retardataires. Un client c’est bête tout le monde le sait, si Apple vend un OS 10 et que MS vend un OS 9, alors c’est qu’il est moins bien… Je le disais deux paragraphes avant la psychologie des ventes est certes une science approximative mais qui se base malgré tout sur des études qui ont force, si ce n’est de loi, au moins de guidelines à suivre…

Cette explication me convainc en tout cas plus que la première.

Selon des sources informées j’ai pu lire que le choix du nom aurait été arrêté la veille de la présentation. Mythe ou réalité… On ne le saura jamais mais cela semble peut probable quand on y réfléchit.

C’est en tout cas intéressant de voir qu’une entreprise se comporte exactement comme un humain, qu’elle a une personnalité, des humeurs, et que comme un humain elle peut avoir des problèmes psy et souffrir d’un complexe d’infériorité. Pourtant MS a largement de quoi s’imposer et ses produits n’avaient en rien à rougir face à ceux de la pomme croquée. Ils existent pour les personnes physiques, reste à inventer les psychothérapeutes pour personne morale !

Quoi qu’il en soit, le lecteur aura la gentillesse de remplacer “Windows 9” par “Windows 10” dans tous mes billets précédents et dans tout ce qu’il pourra lire où un tel Ctrl-H s’appliquera.

10 points clefs

Pourquoi 10 ? Tout simplement parce que cette version de Windows prévue pour la seconde partie de 2015 (on est encore loin de tenir le rythme de Apple !) sera frappée de la croix du 10 !

Bon ou mauvais présage, seul ‘avenir le dira et surtout seule l’analyse des ventes tranchera.

Mais en attendant on peut s’amuser pour le plaisir principalement à décortiquer un peu ce que ce 10 veut dire. Après tout le choix n’est peut-être pas si innocent ou lié uniquement à la volonté de rivaliser avec Apple.

Peut-être les grecs anciens avaient-ils raison, eux qui pensait que le 10 marque l’achèvement, le retour à l’unité après un cycle (celui des chiffres 0 à 9) enfin révolu. La décade était ainsi pour les grecs un nombre sacré marquant une fin et surtout un début d’autre chose, symbole de la création universelle renouvelée sans cesse, symbole sur lequel les pythagoriciens prêtaient serment d’ailleurs. Plus loin et de façon étonnante ce dix qu’on représente par une croix en rappelle une autre à peine différente qui elle aussi marque la fin d’un cycle et le début d’une nouvelle ère pour les catholiques. Est-ce cela le message de Microsoft, marquer la fin d’une époque et annoncer une ère nouvelle ? Pure coïncidence ce 10 ou acte délibéré et réfléchi ? Mystère !

Dans la guématria, exégèse de l’Ancient Testament utilisant les nombres et apparentée à la Kabbale et ses interprétations alambiquées, le nombre 10 est associé à la lettre Yod hébraïque. Yod se rapproche de Yad, la main. 10 est ainsi vu comme le symbole de la main. Celle de Microsoft qui va faire main basse sur le marché avec Windows 10 ? … Suspens !

Un cycle qui se termine et un autre qui commence, une croix, de la fascination, la symbolique d’une main… Telle une Khamsa (5 en arabe), cette fameuse petite main porte-bonheur qu’on voit parfois accrochée au rétroviseur de certaines voitures... On est en pleine magie noire !

Les complotistes de tout bord seront ravis que je leur donne en pâture autant d’indications précieuses pour alimenter leurs fantasmes ! Ancien et nouveau testaments, une pointe d’ésotérisme grec, il ne manquerait plus qu’un soupçon de complot Illuminati pour pimenter la chose et faire saliver les vendeurs de quenelles, voire faire le thème d’un film à succès !

Aller, parce que c’est vous j’arriverai bien à trouver quelque chose, par exemple le nombre 7 qui est porteur de sens dans certains milieux peut aussi se comprendre comme la somme des 7 premiers chiffres 1+2+3+4+5+6+7 soit 28, mais si on additionne ces deux nombres on tombe sur je vous le donne en mille enfin non en … 10 ! Diantre les Illuminati sont dans la combine aussi ! Pire si on réduit encore 10 on tombe sur 1, l’unité, justement celle que les grecs associaient au nombre 10. Et la boucle est bouclée, tous dans le coup je vous le dit ! Sourire 

Cycle universel, croix, fascination, grigri, protection divine… Et certains prétendent que ce nom de Windows a été choisi au hasard à la dernière minute … Chacun est libre de penser ce qu’il veut mais d’aucuns pourrait plutôt y voir un acte secret et réfléchi, une pensée kabbaliste qui essaye de charger tout cela de symboles cachés, comme une incantation magique, une prière de protection pour cette nouvelle mouture de Windows !

Bon, la connaissance du symbolisme comme vous le voyez permet de faire dire ce qu’on veut aux évènements et de facilement manipuler les foules incrédules et d’impressionner fortement les esprits faibles. Donc méfiez-vous des manipulateurs !

Chacun pourra désormais penser que ce 10 a été décidé à la dernière minute, ce qui honnêtement parait un peu gros, ou de façon plus romantique (non les romains de la Rome Antique ne sont pas dans le coup !) que ce 10 cache un complot des Illuminati ! C’est vrai que c’est plus romanesque et peut-être même que c’est vrai, mais alors diantre qu’ils sont mauvais vu les déboires de MS ces dernières années !

Bref, intéressons nous à ce qui a été annoncé et dont on peut être sûr. Vous allez voir que j’avais raison de vous amuser un peu, on rigole moins dans le reste de l’article.

Le menu Démarrer

imageUn peu “frankensténien” le menu Démarrer fait son retour comme un assemblage de deux moribonds qui tentent de revivre dans cette association improbable…

Un menu à la Windows XP, au look Windows 7 associé au menu à tuiles.

Mais ce n’est pas une si mauvaise idée, personnellement je trouve cet assemblage réussi. Le menu Windows 8 ainsi “gadgétisé” dans le menu Démarrer permet par drag and drop de se créer un menu des favoris très visuels ce qui évite d’encombrer le bureau de multiples raccourcis. Donc j’aime bien l’idée. C’est un peu laborieux pour en arriver là mais je crois que ça peut plaire sous cette forme.

Recherche rapide universelle

Ceux qui suivent Dot.Blog ont pu apprendre ce qu’était le menu des Charmes et comment implémenter une recherche universelle avec le Charme dédié. Bien entendu cette fonctionnalité de Windows 8 n’est plus tout à fait d’actualité dans Windows 10 qui renoue avec le bureau classique. De fait on retrouve dans le “nouveau” menu Démarrer la fonction de recherche qui existait sous Windows 7…

La vue des tâches

imagePasser d’une tâche à l’autre (comprendre d’une appli à l’autre) n’a jamais été bien compliqué sous Windows mais finalement n’a jamais été facile d’accès. Rien que la complexité terminologique est une catastrophe, un repoussoir… “tâches” et pourquoi ne pas dire “applications” tout simplement ce qui parle mieux à l’utilisateur ? L’UX est encore loin d’avoir pris le pouvoir ! Combien de gens connaissent  le raccourci ALT-TAB pour afficher les tâches et passer de l’une à l’autre (et je ne parle de SHIFT-ALT-TAB pour les supers geeks !) ? Pas tant que ça croyez-moi ! Sous Windows 8 ce n’était guère mieux avec le glisser du pouce sur le côté droit en descendant ou en allant en ligne droite vers la droite, le tout sans faire tomber sa tablette ni se faire une entorse… Un peu trop “tordu” pour beaucoup d’utilisateurs. Microsoft a enfin compris qu’il faut que les choses soient simples… Peut-être la seule bonne influence de Apple sur Microsoft ? En tout cas il y a désormais un bouton dédié dans la barre de tâches. Encore une fois c’est une bonne idée qui améliore l’UX mais la version finale est encore loin et les choses peuvent changer. Espérons que cette idée restera.

Le nouvel explorateur de fichiers

Au lieu de lancer des recherches dans les répertoires ou de les inspecter un à un le nouvel explorateur affiche les fichiers manipulés récemment et ceux qui sont modifiés le plus souvent. En général celui qu’on cherche est là. C’est un petit plus sympa, mais qui ne justifie pas d’upgrader une machine nous sommes d’accord.

Le retour des fenêtres

imageJ’en avais fait un article en suppliant que les applis WinRT tournent dans des fenêtres sur bureau classique. Sans oser penser que mes billets puisse avoir de l’influence sur la destinée de Windows il se trouve qu’en effet tout est de nouveau fenêtré dans Windows 10, même les applis WinRT !

Personne ne se plaindra de cette révolution qui à mon sens arrive un peu tard et qui aurait due être déjà dans Windows 8. Ne plus prendre le PC pour une grosse tablette est une question de bon sens. Comme un billet récent le laisse entendre je suis forcément très satisfait de ce revirement, mais il ouvre de nombreuses questions sur l’avenir réel de WinRT. Pour Microsoft WinRT est toujours et forcément l’avenir, en donnant l’impression de manger son chapeau MS ne fait qu’ici continuer à pointer son flingue sur notre tempe pour nous forcer à adopter WinRT et son Store. Il ne faut donc pas voir dans tout cela un quelconque renoncement mais plutôt une ruse grossière. En attendant, des applis WinRT fenêtrées sur bureau classique c’est plus agréable à utiliser sur un PC. Donc selon qu’on se place du point de vue de la manipulation sous-jacente ou de celui de simple utilisateur on trouvera cela inquiétant ou absolument génial !

Sans refaire d’autres articles je précise que j’adore WinRT et l’idée brillante de vouloir en faire la pierre angulaire d’un OS totalement identique du smartphone au PC. Reste que cette stratégie ne peut tenir que si Microsoft impose sa présence sur les mobiles. Or à ce jour ce n’est pas le cas. Du coup qui peut s’intéresser à WinRT sur PC là où WPF est plus libre, plus puissant, puisqu’il n’y a à l’heure actuelle aucun intérêt à une portabilité sur des mobiles qui restent en bas des classements de vente ? C’est donc une vraie question parfaitement légitime et à laquelle Microsoft ne répond pas, et non un désamour de ma part. Comment MS compte-t-elle gérer cet épineux problème d’une logique en tout ou rien alors que pour l’instant on se dirige vers le rien qui ferait donc plonger aussi Windows 10 ? J’aimerais des précisions, une vision à long termes et un plan de bataille bien ficelé, crier cloud-first et mobile-first me semble une stratégie à la portée trop limitée pour répondre aux inquiétudes soulevées ici.

Les bureaux multiples

Linux mais aussi OS X (tiens !) savent le faire depuis longtemps, seul Windows n’offrait pas la possibilité de travailler sur plusieurs bureaux à la fois. C’est chose faite dans Windows X. Mais là encore ce n’est pas une feature “killer” qui fera les foules se jeter sur les boites du produit à sa sortie. L’utilisateur moyen ne se servira peut-être même jamais de cette option, je le soupçonne en tout cas. Et quant aux geeks de mon genre ça fait longtemps que nous disposons de 3 ou 4 écrans physiques sur le même PC ce qui rend vraiment les choses plus agréables sans bureau virtuel multiple… Bref un petit plus à ne pas rejeter sur portable ou Surface mais sans gros intérêt sur PC, d’ailleurs Windows était le seul OS ne le faisant pas et cela ne manquait à personne…

un snap amélioré

Pas de quoi faire cent captures écrans non plus pour vous montrer la chose, mais le snap qu’on connait tous sur le bureau classique est amélioré pour prendre en charge à la fois les applications classiques et les applications universelles (WinRT). Tout ce petit monde pourra donc cohabiter à l’écran de façon élégante. Je le considère comme la suite logique de l’implémentation des applis WinRT fenêtrées plus qu’une nouveauté technique qui bouleversera la donne.

Ctrl-V dans la console

On est vraiment dans les détails microscopiques je le sais, mais trouver 10 points “killer” dans Windows 10 pour faire un chouette article n’est pas tâche aisée tellement ce qu’on en a vu n’est en rien bouleversant pour l’instant il faut l’avouer. Pour me redonner courage je me dis que parfois ce sont des petits détails qui font la différence entre adoption et rejet. Je me rappelle ainsi de l’excellent Vista (avec ses SP) totalement maudit alors que les gens se sont jetés sur Windows 7 qui n’est rien d’autre qu’un Vista 2. Le diable se cache dans les détails c’est bien connu et peut-être que ceux de Windows X suffiront à en faire un succès, on le souhaite en tout cas.

Mais là c’est vraiment micro, je dirais même une “nano avancée”… Dans la console de commande il est désormais possible de faire un CTRL-V au lieu du pénible clic droit…

Les fous de la console seront aux anges. Mais ça fait peu de clients potentiels…

Touch-screen amélioré

Once more ce n’est pas une feature qui va changer la face du monde, juste des aménagements dans la gestion du touch comme par exemple des boutons plus grands ou un menu d’accueil différent pour les unités mobiles qui ont une UI basée sur le touch.

Bon, ça fait un neuvième point…

L’Entreprise

imageAlors là pour le coup ce n’est peut-être pas une feature qui enflammera les passions du public mais je dis bravo ! Des années avant de comprendre que négliger l’entreprise est la pire des âneries ça fait long. Mais c’est là alors crions tous un hosanna de joie ! Après la bourde gigantesque d’un Windows Phone 7 sans procédure pour déployer des applications d’entreprise, après la bavure d’un Windows 8 avec son Store qui ignorait l’entreprise, Windows 10 veut devenir la “plus grande plateforme d’entreprise sous Windows”. Rien que ça !

Reste à savoir si toutes les merveilles annoncées forceront à acheter des certificats hors de prix ou autres bricolages savants comme c’est le cas aujourd’hui ou bien s’il sera possible de déployer du WinRT aussi simplement que du WPF… Et ça j’en doute un peu, rien qu’à cause du store, mais pas de procès d’intention ! fin 2015 c’est loin, d’ici là les entreprises seront peut-être passées de Windows à des postes Android ou Ubuntu puisque Windows 7 n’est plus en vente et que certaines machines réclament vraiment d’être mises à jour… On remarquera toutefois dans les derniers chiffres analysant le marché que dans la dernière période la plus récente Windows 7 connais encore une accélération de son adoption alors que Windows 8, XP et aussi OS X ont une courbe qui s’infléchit vers le bas très nettement… Les entreprises semblent toujours être en train de migrer vers Windows 7 donc. L’arrêt du support en début 2015 ne semble donc pas arrêter l’escalade de cette version. Il va être difficile pour Microsoft de dire qu’ils veulent faire de Windows la plus grande plateforme d’entreprise tout en flinguant les dites entreprises en leur supprimant le support pour un OS qu’elles viendront tout juste d’installer… J’ai beaucoup de mal à voir comment MS va se sortir de toutes ses contradictions dans ce qui apparait être une stratégie décidée au coup le coup sans véritable vision (ne pas confondre des désirs, exprimés par MS dans les conférences, et une vision, cohérente, étayée par un plan solide et prenant en compte la réalité même dans ce quel a de contrariant).

L’avenir s’écrit-il en rose ?

On l’a vu, la présentation très précoces de Windows 10 a finalement laissé en suspend plus de questions qu’elle n’a apporté de réponses.

Certes côté rhétorique Microsoft est dans le neuf et le gigantisme, “la plus grande plateforme d’entreprise” par exemple cela sonne bien mais cela rappelle aussi l’incantation magique “cloud first mobile first” alors que l’éditeur est largement à la traine – en termes de vente pas techniquement – dans ces deux domaines. Il est sain de se fixer des objectifs ambitieux, mais il ne faut pas que cela soit l’occasion d’avoir les pieds qui quittent le sol. Le plus triste ce n’est pas la grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf, c’est le bœuf qui se croit grenouille et qui veut en faire des tonnes en courant après la chimère Apple au lieu de bien vendre les excellents produits qu’il sait faire et que les gens demandent.

Côté financier pas de souci, Microsoft sort des produits qui ne marchent pas très bien depuis plusieurs années et ils sont toujours là et aussi fringants, Bill Gates redevient l’américain le plus riche cette année, pas de lézard la machine à blabla fait son office sur les actionnaires. Mais l’utilisateur, le DSI, le geek, tous ces gens là sont bien plus difficiles à convaincre qu’un bedonnant richard tétant son cigare roulé sur cuisse de cubaine et achetant ou vendant quelques actions au rythme de ses humeurs et de son taux de cholestérol…

Rappelons que sur 2013 Microsoft a touché environ 1 milliard de dollars (!) de royalties auprès des vendeurs de smartphone Android, un joli pactole récolté sans rien faire qui a une effet pervers : au lieu de jouer son avenir à court termes comme toute entreprise, et donc d’écouter le marché et les clients, MS peut continuer à s’enfermer dans une tour d’ivoire et faire ânerie sur ânerie sans pour autant mettre en péril la société. Ces entrées d’argent en rassurerons certains, ou pourrons faire craindre le pire, une forme d’autisme qui ne se paye pas par une sanction financière et qui donc pourra durer, durer…

Mais le plus important reste de savoir si Microsoft va-t-il pouvoir convaincre les utilisateurs à passer à Windows 10 qui finalement est un moyen terme entre Windows 7 et Windows 8 ? Il n’y a, en tout cas pour l’instant et de ce qu’on voit, pas beaucoup de différence visuelle pas même un coup de clean sur l’apparence, on réutilise les mêmes pots de peintures. Le look est lui aussi un intermédiaire à tel point que Windows 10, de ce qu’on en voit, devrait en toute logique s’appeler plutôt Windows 7 1/2 !

Et c’est vraisemblablement ce qui va rendre la tâche dure pour Microsoft. Convaincre que Windows 10 n’est pas un Windows 7,5, un compromis d’UI Win7 et de tuiles Win8. Pour l’instant la liste des “nouveautés” de Windows 10 sonne plutôt comme une liste de correction de bugs de programmation et de bugs de mauvaise approche dans le design de Windows 8. Alors peut-être s’agit-il au mieux d’un Windows 8.5 ? Otto e Mezzo… Huit et demi, Fellini était un génie cela peut augurer du meilleur, mais hélas simplement corriger des erreurs d’approche est-ce suffisant pour créer le désir et insuffler le génie dans un produit ?

Bref la partie va être serrée surtout quand on sait qu’avec Windows 8 MS visait une release majeure par an à la Apple et que Windows 10 qui n’est pas très innovant ne sera là que fin 2015… D’ici là de l’eau sera passée sous les ponts numériques. Peut-être que justement c’est là dessus que Microsoft mise, le temps.

La véritable bonne idée c’est l’unification de tous les form factors. Seul cela justifie Windows X, mais comme je le disais, c’est une logique en “tout ou rien”. Soit MS s’impose sur tous les form factors et du coup les unifier devient un avantage concurrentiel soit MS a des résultats très modestes sur les mobiles, ce qui est le cas, et alors pour qui l’unification a-t-elle le moindre sens ? Les gens veulent l’unification entre leur PC et leur smartphone Android et leur tablette iOS, voilà ce que ce serait la vraie unification, mais je doute qu’ils portent le moindre intérêt à l’unification du PC avec des tablettes Surface et des Windows Phones qu’ils n’achètent pas… C’est là le problème de vouloir se servir de Windows comme d’un cheval de Troie pour imposer les mobiles MS, le risque c’est que vendu comme un complément à des choses qui ne se vendent pas, c’est Windows lui-même qui risque ne de plus avoir d’intérêt aux yeux des acheteurs…

C’est d’ailleurs la première fois dans l’histoire de Microsoft que Windows est utilisé pour vendre d’autres produits, jusqu’à maintenant tout était fait au contraire pour que ce soit les produits annexes qui favorisent les ventes de Windows. A vouloir accessoiriser le vaisseau mère, il y un gros risque de le voir couler si la stratégie ne fonctionne pas et de se retrouver avec rien dans les mains. C’est vraiment l’heure de tous les risques pour MS, espérons qu’ils ne font pas fausse route.

On a souvent évoqué le “rouleau compresseur” MS capable d’écraser tout sur son passage. Depuis quelques années le rouleau compresseur ressemble plus à un frêle rouleau printemps… ça roule certes, mais cela n’impressionne personne. On est loin de l’image de la puissante machine imposant ses volontés par sa force impressionnante et son inertie. Mais avec une trésorerie gigantesque, avec les royalties touchés sur chaque vente d’appareil Android, MS à l’éternité devant elle, mais aura-elle encore des clients à cette échéance ?

Windows 10 est aussi présenté comme un produit refait complètement “from the ground-up”. Pourquoi refaire tout depuis le départ ? Pour y intégrer le “cloud first mobile first” bien entendu. Et ça se tient, un seul OS et tous les form-factors. Donc avec WinRT comme passerelle pour la programmation. Les “applications universelles” récemment proposées dans VS 2013 sont la prolongation de cette philosophie de la grande unification. J’en ai discuté longuement dans d’autres articles je ne vais pas les refaire. Je considère cette approche comme géniale car aucun autre éditeur n’a eu cette idée ni n’est en position de la proposer, sauf Apple qui n’attendra peut-être pas un ou deux ans pour pousser sa technologie…

Microsoft pense donc faire la différence avec sa grande unification. Et c’est certainement vrai. Mais MS pèse déjà près de 90% dans le monde PC là où le Mac ne fait que quelques pourcents. Quel intérêt de se différencier par apport à Apple qui de plus n’a jamais réussi à pénétrer l’entreprise ?

Et si le but est de se positionner face à Android, alors le problème n’est pas l’unification mais la simple… présence ! 900 millions de dollars de perte pour Surface 1, une Surface 2 qui est passée sans vraiment déchainer les foules, et une Surface 3 à $2500 qui ne risque donc pas de faire l’ombre aux supers tablettes Android à 300 euros. Quant à Windows Phone, même en cumulant grossièrement les ventes de Windows Phone 7 incompatibles avec la logique unificatrice et le reste de vieux Windows Mobile on arrive à peine à quelques pourcents qui ne pèsent rien sur le marché.

L’urgence est-elle donc dans l’unification et le forcing de WinRT ou dans un changement d’approche radical du marché du mobile, dans la séduction des développeurs et des clients ?

A tout cela la présentation de la preview de Windows 10 ne donne aucune réponse. On a l’impression d’un cheval têtu continuant son chemin protégé de la réalité qui l’entoure par ses œillères. Le rouleau printemps ramollo se transformera-a-t-il enfin en rouleau compresseur d’acier durci imposant sa loi ? Personne ne peut le dire avec certitude. Ce qu’on sait c’est que Windows 10 c’est fin 2015, que la grande unification ne pourra commencer qu’à ce moment là de façon visible donc aucun effet avant 2016. Deux longues années durant lesquelles la concurrence déjà au sommet ne restera pas les bras croisés. On voit fleurir les premiers portables Android ici et là, les Chromebook qui se vendent pas si mal aux USA, Ubuntu qui se positionne sur les portables pour attirer sur PC, des accords Apple/IBM pour pénétrer l’entreprise, etc. Que sera ce marché en 2016 ou 2017 ?

En conservant la lenteur du rouleau compresseur sans sa puissance de conviction, le rouleau printemps ne profite même pas de son agilité. Microsoft est finalement un gros navire qui semble difficile à manœuvrer et dont l’inertie plutôt qu’une force devient un handicap sur un marché hyper concurrentiel comme les mobiles ou seule une agilité hors du commun permettrait de changer la donne.

Conclusion

Un Windows totalement neuf ? Pas tant que ça au moins visuellement. Un intermédiaire entre Windows 7 et 8. Mais ce n’est pas grave puisque c’est cela que les clients attendaient. Donc Windows 10 devrait séduire.

En revanche ce n’est qu’une preview pour un produit qui sortira dans longtemps et qui mettra une année à s’imposer s’il doit le faire. Encore 2 ans à attendre ? Acheter un Windows Phone aujourd’hui permettra-t-il de faire un upgrade facile ou cela fera-t-il comme les machines qui sont restées sur le tapis avec le passage à Windows 8 ? Aucun plan concernant la pérennité du matériel n’a été avancé pour les mobiles. Pourtant c’est sur ce point que les utilisateurs se décideront. Eux qui sont loin d’oublier Windows 8, les berner en passant de 8 à 10 pour créer le changement n’est pas suffisant, Microsoft ne devrait pas se leurrer et miser de trop sur ce tour de passe-passe.

Chat échaudé craint l’eau froide. Quand on a été obligé de jeter son Nokia à la poubelle lors du passage à Windows Phone 8, quant on voit qu’il n’y a guère d’applications disponibles sur sa Surface RT qu’on a payé bien cher malgré tout, a-t-on encore envie de prendre des risques ? Quand dans la rue 85 % des gens possèdent un Android et le reste un iPhone, a-t-on envie de se jeter sur les derniers Lumia malgré leur look attirant et leur parfait fonctionnement ? Non. Trop risqué, trop peu de programmes, trop chers, beaucoup d’imitations au lieu des originaux, etc…

Il faudra donc de solides arguments à Windows 10 et aux versions des OS mobiles qui sortiront alors pour convaincre le public. Pour l’instant tout n’est que vœux pieux. Deux ans c’est long. Avec un Android à 85% sur un marché qui bascule en marché de renouvèlement y-aura-t-il même assez d’arguments - même bons - pour changer la donne ?

Trop tard, trop loin dans le temps, trop hypothétique, Microsoft choisit une voie bien longue et difficile pour un marché déjà saturé dans lequel il ne reste tout simplement peut-être pas assez de place pour le dinosaure qui pour puissant qu’il est n’est peut-être plus de son époque. Tout simplement.

Un changement de CEO ? nous l’avons déjà eu, sans que les choses ne changent. Que peut-on espérer de l’effet Windows X ? Il faudra attendre pour le savoir, et ça sera long. Et comme je disais la même chose il y a deux ans je me rend compte qu’une lassitude s’installe partout.

C’est dommage les produits sont bons, alors espérons que cette fois-ci sera la bonne et que le dinosaure saura s’imposer par la force même s’il n’a pas l’agilité de ses concurrents.

En tout cas il reste du pain sur la planche à logiciel de Microsoft s’ils veulent convaincre un public qui est très loin de leur être acquis. Car désormais Microsoft a lié de façon durable l’avenir de Windows à celui de sa percée hypothétique dans le monde des unités mobiles. Si rien ne vient bouleverser ce marché, c’est Windows qui tombera aussi quels que soient ces performances ou ses avantages. Un jeu très dangereux donc…

Puisse le futur donner tort à mes craintes et que Windows X entouré de Windows Phone et de Surface envahisse le monde pour la gloire du développement en C# et Xaml !

Stay Tuned !

blog comments powered by Disqus