Dot.Blog

C#, XAML, Xamarin, UWP/Android/iOS, MAUI

AnimatableSoundPlayer. Ou comment synchroniser du son sur une animation Silverlight

Hier je vous parlais d'animation et de sons et je vous présentais une petite démonstration (l'oscilloscope) dont le but était de montrer qu'on pouvait rapidement obtenir un effet visuel assez complexe sans programmation pour peu qu'on se donne la peine d'utiliser Blend et ses neurones... Pour synchroniser le bip avec le spot lumineux j'avais alors utilisé une ruse en indiquant qu'hélas Silverlight ne permettait pas de synchroniser du son dans une animation.

Je vous proposais alors une idée de solution en promettant une implémentation le temps de vous laisser réfléchir.

Regarder d'abord la démo ci-dessous. En cliquant sur "Start" vous lancerez une animation (StoryBoard) dont le but premier est de déplacer la boule verte un peu comme dans un billard. Elle rebondit sur des taquets pour finir dans un gobelet. Bien entendu tout cela est assez moche, les beaux dessins ne font pas partie de la question :-) Mais, en revanche, et si votre carte son fonctionne, vous noterez que plusieurs sons peuvent être entendus en parfaite synchronisation avec les "chocs" de la boule sur les taquets ou dans le gobelet final. Je vous laisse essayer et on en reparle :

[silverlight:source=/SLSamples/SyncSound/SyncSound.xap;width=251;height=242]

Bon. Vous avez vu et aussi entendu ?

Comment est-ce possible (sachant que pour l'utilisateur Blend qui créé l'animation tout cela ne réclame aucun code) ?

Forcément il y a du code... En fait un petit UserControl dont le principe est fort simple.

AnimatableSoundPlayer

C'est son petit nom. Un joueur de sons animable. Joueur de sons car ce UserControl n'a pas de visuel. On pourrait en réalité jouer des vidéos de la même façon il suffirait de relooker le contrôle, mais ce n'était pas le but. Joueur de son animable car ce qui manque au MediaElement c'est bien d'avoir des propriétés "animables" pouvant être modifiées sur une timeline.

Le UserControl AnimatableSoundPlayer est ainsi une coquille presque vide, il ne contient qu'un MediaElement. Tout le reste est du code, fort peu en réalité.

Dans un premier temps j'ai ajouté plusieurs propriétés de dépendance qui relaient les propriétés du MediaElement : la Source (une Uri), le Volume, etc. Ensuite j'ai fait de même pour les principales méthodes (Play, Stop...).

Deux choses ont été ajoutées. Côté méthodes j'ai créer PlayFromStart(). Elle ne fait que faire "Stop(); Play();". C'est tout bête mais très souvent on a besoin d'enchaîner ces deux méthodes pour s'assurer qu'un son est bien rejouer depuis le début, il faut rembobiner la bande avec Stop() pour réécouter un son.

La seconde chose ajoutée est la plus importante. Il s'agit de la propriété de dépendance AnimatablePlay de type double. Pourquoi double ? Simplement parce Silverlight sait animer des doubles et par forcément autrechose... Le mécanisme intéressant se trouve dans la méthode AnimatablePlayChanged, le callback de modification de la valeur initialisé lors de la création de la propriété de dépendance. A l'intérieur de ce callback nous trouvons la logique de cette propriété :

   1:  #region AnimatablePlay property
   2:          /// <summary>
   3:          /// Gets or sets the animatable play.
   4:          /// Value = 0 means <see cref="Stop"/>
   5:          /// Value sup.to 0 means <see cref="PlayFromStart"/>
   6:          /// Value inf.to 0 means <see cref="Play"/> / <see cref="Pause"/>
   7:          /// </summary>
   8:          /// <value>The animatable play.</value>
   9:          [Category("Media")]
  10:          public double AnimatablePlay
  11:          {
  12:              get { return (double)GetValue(AnimatablePlayProperty); }
  13:              set { SetValue(AnimatablePlayProperty, value); }
  14:          }
  15:   
  16:          public static readonly DependencyProperty AnimatablePlayProperty =
  17:              DependencyProperty.Register("AnimatablePlay", typeof(double),
  18:              typeof(SynchedSoundPlayer), new PropertyMetadata(0.0d, AnimatablePlayChanged));
  19:   
  20:          private static void AnimatablePlayChanged(DependencyObject d, DependencyPropertyChangedEventArgs e)
  21:          {
  22:              var mp = ((SynchedSoundPlayer)d);
  23:              if ((double)e.NewValue > 0d) mp.PlayFromStart();
  24:              if ((double)e.NewValue == 0d) mp.Stop();
  25:              if ((double)e.NewValue < 0d)
  26:              {
  27:                  if (mp.internalMP.CurrentState == MediaElementState.Playing) mp.Pause();
  28:                  else mp.Play();
  29:              }
  30:          }
  31:   
  32:          #endregion

Simple et efficace : toute valeur positive déclenche un "PlayFromStart", d'où l'utilité de cette méthode qui nous assure que le son est bien rejoué depuis le début. Toute valeur nulle appelle "Stop" et toute valeur négative entraîne un cycle Play/Pause selon l'état actuel du contrôle.

Le UserControl relaie aussi l'événement MediaFailed si on désire être prévenu en cas de difficulté rencontrée par le MediaElement pour charger le son (qui peut être dans le Xap comme dans la présente démo ou sur un serveur distant).

Grâce à cette convention il devient très simple de synchroniser des sons avec une animation !

Si on suit l'exemple live proposé plus haut : Trois sons sont joués, un numéro est indiqué sur chaque "obstacle" pour mieux se repérer. Sur ces trois sons il y en a un qui utilisé deux fois. Pour synchroniser ces trois sons on reprend la timeline de la boule verte et à chaque fois qu'on désire qu'un son soit joué on incrémente sa propriété AnimatablePlay. Simple. Vu la taille des valeurs maximales d'un double, on ne risque pas de tomber sur une limite... surtout qu'il n'est pas interdit de faire un retour à zéro quand on le veut.

Un petit détail à savoir : quand on créé une animation, par défaut Silverlight effectue une interpolation des valeurs fixées dans les keyframes qui se suivent. Si vous tapez la valeur 1 à la frame A et que vous tapez 2 à la frame B, durant le temps qui sépare A de B la valeur augmentera progressivement de 1 vers 2. C'est le comportement par défaut, ce qui est bien utile puisque justement le plus souvent on désire avoir une continuité dans le changement des valeurs (déplacements notamment). En revanche il y a des cas où on préfère que la valeur change brutalement, une "anti animation" en quelque sorte. Cela est parfois utile. Pour utiliser AnimatableSoundPlayer ce n'est pas une option, c'est une obligation. Il faut que les valeurs ne changent que lorsqu'une nouvelle keyframe est rencontrée. Sinon le son sera rejoué sans cesse depuis le début à toutes les valeurs intermédiaires, ce qui n'est pas du tout l'effet recherché.

Pour arriver à ce résultat il suffit de ne pas oublier de paramétrer les keyframes servant à animer le son afin qu'à la place d'une EasingDoubleKeyFrame le type devienne DiscreteDoubleKeyFrame. Sous Blend il suffit de cliquer sur la keyframe en question et de la passer en mode "Hold in". C'est la seule contrainte du composant.

Et voilà ! Avec un peu d'imagination on peut parfaitement créer un composant réutilisable qui ne prend que quelques lignes de code et qui permet de synchroniser du son dans une animation Silverlight. C'est pas magique ?

Je suis certain que vous trouverez des tas d'améliorations à porter au composant, alors n'hésitez surtout pas à m'en faire part je pourrais même diffuser vos versions modifiées si vous le voulez.

Le code du projet fourni contient l'exemple complet ainsi que le code du composant et les sons utilisés.

Quelques restrictions : Si vous modifiez le code obligez vous à publier le code source de votre version gratuitement. Si vous publier un article ou un billet de blog, soyez sympa et indiquez le lien vers mon billet. Si vous utilisez mon code dans un projet, commercial ou non, dites le moi ça me fera plaisir.
Si vous respectez ce petit deal, alors faites ce que voulez du code. Dans la négative que les foudres du Grand Bug Céleste s'abattent sur vous et chaque octet que vous coderez jusqu'à la fin de vos jours (c'est bien horrible ça non ? Laughing).

Enfin bon, dans tous les cas, si vous en voulez encore du Silverlight, vous connaissez le refrain : Stay Tuned !!!

Le code du projet : SyncSound.zip (209,05 kb)

WPF : Qui l'utilise ?

Après plusieurs années de présence et de maturation, WPF a plus que largement prouvé sa capacité à produire des applications riches et esthétiques. Et si la supériorité technique de WPF sur les Windows Forms ou apparentés est une évidence, une question revient très souvent : Mais qui utilise WPF ?

En effet, les applications développées en WPF sont, il faut l'avouer, plus rares que celles en Windows Forms. J'ai de longue date milité pour que cet état de fait change, et je continuerai à la faire (voir par exemple mon article sur les 10 bonnes raisons de préférer WPF et 9 raisons de plus d'utiliser WPF!). Mais ne s'est il vraiment rien passé ? Heureusement non !

Il est vrai que les interfaces séduisantes de WPF vont un peu de pair avec le nouveau look de Windows Vista. Hélas cette mouture de l'OS n'a pas rencontré le succès et la partie a été remise. En fin d'année Windows 7 viendra malgré tout enfoncer le clou. Et là, comme je vous le clame depuis longtemps, il sera juste un peu tard pour vous y mettre, WPF c'est beau, c'est puissant, mais on ne l'apprend pas un matin pour commencer un nouveau projet l'après midi... Ce n'est pas juste une nouvelle librairie d'affichage. Les principes de fonctionnement, les outils (comme Blend), tout est radicalement différent et demande une phase d'apprentissage qui ne peut être niée ni balayée d'un haussement d'épaule. Et je peux vous assurer que les projets que vous commencez aujourd'hui en Windows Forms et que vous testez joyeusement sur votre Windows XP, lorsqu'ils arriveront entre les mains de vos utilisateurs sous Windows 7 l'année prochaine (ou dans 2 ans, vous ne développez pas des softs-kleenex non ?) tous vos softs Winfows Forms auront le même air dinosauresque et désuet qu'une application console...

Bref mettez vous à WPF. Si vous préférez, formez vous en partant de Silverlight. Les bases sont les mêmes et il est vrai que Silverlight a un côté plus "exitant" pour certaines personnes (moi par exemple!). Mais l'un ou l'autre, il est temps de mettre les bouchées doubles !

Microsoft a sorti une petite brochure qui montre les principales applications WPF qui sont ou qui font sortir. De Intel à AMD, de BMW à AutoCad, regardez le look des applis que vos utilisateurs auront sur leur bureau juste à côté des vôtres en Windows Forms... Prenez du recul et, sincèrement, tiendrez-vous la comparaison ? ... Je ne le crois pas.

Voici quelques liens pour bien commencer :

Ce ne sont que quelques points de départ, il y en a bien d'autres dans mes billets mais vous les avez déjà trouvés si vous êtes un lecteur fidèle...

Bonne lecture, et Stay Tuned !

WPF et Silverlight : composants orientés données dans les Toolkits

Trouver des ressources sur les technologies ou outils récents est toujours difficile. Par force, et c'est une Lapalissade, ce qui est plus connu est plus facile à connaître, et vice versa...

Le WPF Toolkit ainsi que Silverlight Toolkit sont des mines de composants ayant beaucoup de choses en commun : même base de code, évolutions rapides et donc releases fréquentes avec à chaque fois des ajouts d'importance. Suivre le ryhtme pourrait réclamer un job fulltime...

Voici un post de Delay's Blog qui résume les dernières ressources autour de la visualisation des données dans ces deux Toolkit : http://blogs.msdn.com/delay/archive/2009/07/19/my-new-home-page-enhanced-updated-collection-of-great-silverlight-wpf-data-visualization-resources.aspx .

Visualiser les données est essentiel à toute application de type gestion, et l'avalanche de nouveautés dans les Toolkits ciblant ce besoin permet désormais d'envisager sérieusement de créer de "vraies" application avec WPF et Silverlight. Par "vraies" j'entends des applications telles que nous en concevons tous régulièrement, et non des petits jeux ou des caroussels tournoyants qui font de magnifiques démos ou des sites Web publicitaires mais qui ne sont pas forcément des applications représentatives du travail habituel d'un développeur. Il est donc d'autant plus important de connaître ces extensions de WPF et de Silverlight et pour ce faire il faut trouver les bonnes explications...

A lire absolument donc, pour y piocher des articles, des astuces, ou de simples explications sur toute la partie affichage des données sous Silverlight ou WPF.

Avec ça, vous pouvez vous occuper jusqu'à la rentrée de septembre !

Mais Stay Tuned, car j'ai plein d'autres choses à vous dire d'ici là !

Silverlight 3 (+WPF) : Hatching Effect gratuit + Sources

Les pixel shaders de Silverlight 3 fournis "out of the box" ne sont que deux : le drop shadow et le blur. Mais comme cela était prévisible de nombreux programmeurs exercent leur talent en créant de nouveaux effets...

Forcément l'équipe Microsoft de la suite Expression est très bien placée pour ce genre d'exercice et elle nous propose via son blog un effet de crayonnage assez bien fait. Le tout avec install pour automatiquement voir l'effet dans les palettes de Blend 3 mais aussi avec le code source pour l'étudier et faire ses propres effets.

Le mieux est de vous rendre directement sur le blog de l'équipe Expression, et plus particulièrement sur le billet présentant le Hatching effect. Source et install sont téléchargeables depuis le billet.

A noter, l'effet fonctionne aussi avec WPF selon ce qui est dit mais je n'ai testé que sous Silverlight.

Stay Tuned !

Les propriétés de dépendance et les propriétés jointes sous WPF (article à télécharger)

En voilà un beau sujet ! Vous allez me dire qui irait investir deux jours à taper 25 pages sur ce sujet, il faut être totalement givré ! Et bien vous en avez un devant vous (par blog interposé) ... donc pas de remarques désobligeantes sur ma santé mentale, hein !

Certes les propriétés de dépendance et les propriétés jointes de WPF et Silverlight ne semblent pas être un sujet aussi exitant que quelques astuces LINQ ou la meilleure façon d'intégrer de la 3D dans Silverlight 3 (miam!)... Je vous le concède. Mais en revanche c'est un sujet capital car derrière ces propriétés bien particulières se cache l'un des piliers de la puissance de WPF, un mécanisme qui autorise la gestion des styles, des animations, du Data Binding et de bien d'autres choses sans lesquelles WPF ne serait pas ce qu'il est.

Savoir ce qu'est une propriété de dépendance ou une propriété jointe, savoir en déclarer et savoir les utiliser représente une base impossible à zapper.

Alors, pour tout savoir sur le sujet, téléchargez mon dernier article "Propriétés de dépendance et propriétés jointes (WPF/Silverlight)" !

L'article est fourni en PDF avec les sources du projet exemple (utilisable sous VS 2008 ou Blend 2).

NB: Pour mieux comprendre cet article si vous n'êtes pas encore un expert de WPF, je vous conseille la lecture de mon précédent article "10 bonnes raisons de préférer WPF".

Bonne lecture,

... Et Stay Tuned !

Prism v2 (guidance and patterns for WPF and Silverlight)

Construire des applications modulaires offre de nombreux avantages : maintenabilité et évolutivité sont les premières qui viennent à l'esprit mais il en existe d'autres comme la meilleure séparation des tâches (travail parallèle d'équipes de développement sur des modules différents) par exemple.

Créer une architecture assurant la modularité d'une application n'est pas chose aisée. Bricoler "sa" solution dans "son" coin donne l'impression de gagner du temps (pas besoin d'apprendre un framework existant) mais montre souvent ses limites et ce, au pire moment, c'est à dire trop tard...

Microsoft ne fait pas que du soft pour micro... Depuis l'avènement de .NET il faut saluer les efforts importants qui sont fournis par MS pour fournir aussi de la matière grise. Labos de recherche, groupes de travail très indépendants, cette nouvelle orientation du management des équipes à permis l'éclosion d'un tas de bonnes idées. Tout ce travail est gracieusement délivré aux communautés de développeurs qui se donnent la peine de s'y intéresser...

Qui plus est, il ne s'agit pas d'élucubrations fumeuses. Les guides de bonnes pratiques, les conseils méthodologiques sont malgré tout le fruit d'un énorme travail collaboratif "au sommet" avec aux commandes des gens comme JD Meier, qui ne sont pas petites pointures !

Pour en revenir aux applications modulaires, il est essentiel de prendre connaissance de la V2 de PRISM, un recueil de codes, de documentations et de bonnes pratiques d'une qualité exceptionnelle.

Prism V2 c'est :

  • Une librairie pour la création d'applications composites
  • Une application de référence comme modèle d'implémentation (gestion de porte feuille boursier)
  • 9 "quick start" pour entrer dans le vif du sujet rapidement
  • 26 "how-to's" pour se former efficacement
  • Une documentation à la fois claire et riche

Prism supporte les applications WPF et Silverlight dans une même logique permettant de partager encore plus de code entre les deux types d'application.

Bref, je vous invite à vous pencher très sérieusement sur Prism si vous ne connaissez pas, pour tout projet d'une certaine envergure cela vous fera gagner beaucoup de temps, de productivité et le tout dans un cadre validé ne risquant pas de vous envoyer au mur.

Télécharger les éléments de Prism v2

Le site de Prism sur CodePlex

Bonne lecture !

Les guides de bonnes pratiques

10 bonnes raisons de choisir WPF (nouvel article à télécharger)

WPF cet inconnu... Alors que cette technologie est disponible depuis deux ans elle semble peiner à s'imposer parmi les développeurs. Je me suis demandé pourquoi et je crois que WPF paye un peu son image du "tout graphique hyper looké de la mort", des démos où l'on voit des vidéos danser en l'air sous forme de carrousel, de pages qui se plient comme un livre pour passer d'une fiche à l'autre et autres débauches d'effets spéciaux.

En réalité le développeur "moyen" ne s'y retrouve pas. L'image renvoyée ressemble plus à celle du jeu vidéo qu'à de l'informatique de gestion qui fait le gros des applications "de tous les jours".

Je ne blâme pas ceux qui, par trop enthousiastes, ont pêché par excès en créant et en montrant de telles démonstrations. Après tout lorsqu'une nouvelle technologie vient de sortir on a par force envie de faire voir ce qu'elle sait faire de mieux, c'est naturel. Non, je pense plutôt que c'est sur le plan psychologique que l'erreur a été commise, la même que pour Vista d'ailleurs. Un décalage trop fort, trop rapide, avec une devanture trop graphique qui a fait oublier que derrière tout cela il y a une vraie révolution technique, de vraies avancées.

J'ai donc eu envie d'écrire un article qui montre les grands points forts de WPF et surtout pourquoi cette technologie est de loin supérieure à toutes les autres, dont les Windows Forms encore trop utilisées alors qu'elles se fondent sur des mécanismes interactifs dépassés déjà en place du temps de Delphi 1 Win32 ! Il y a presque 15 ans...

Choisir 10 bonnes raisons d'utiliser WPF a quelque chose d'arbitaire. Mais ce n'est pas grave, cet article se destine à tous ceux qui ne savent pas encore que WPF est parfaitement taillé pour faire des applications "normales", à tous ceux qui pensent que ce n'est "pas fait pour eux" ou pour le style de programme qu'ils écrivent. Il s'adresse aussi à tous ceux qui ont envie de savoir quels sont les points forts de WPF, les nouveaux mécanismes et la nouvelle façon de penser les interfaces.

En un peu plus de 40 pages, ce qui est beaucoup pour un simple article, inutile d'attendre un tour d'horizon complet et ultra technique de WPF, le moindre livre sur la question compte 20 fois plus de pages... Mais si vous voulez rapidement faire un point sérieux sur WPF qui ne soit pas qu'un simple survol, si vous voulez voir du code mais trop, alors cet article est fait pour vous.

Pour le téléchargement (PDF + code source), suivez le lien : 10 bonnes raisons de choisir WPF.

A lire aussi un billet plus récent "9 raisons de plus de choisir WPF"

A voir : Une application exemple sous Silverlight 2.0 

Bonne lecture

Et Stay Tuned !

Debug ou Cracking ? Des outils .NET à la frange des deux mondes...

Un debugger comme celui de Visual Studio n'est que rarement comparé à un outil de cracking pour la bonne raison que son utilisation s'effectue systématiquement (ou presque) sur des applications en cours de développement / maintenance, impliquant que l'opérateur du debug a le droit d'accéder aux sources. Mais comment catégoriser les outils qui suivent ?

Les trois outils dont je vais vous parler aujourd'hui se situent tous à la limite entre debugging et cracking, non pas forcément par la volonté de leur concepteur mais bien par leur nature. Il s'agit en fait d'applications autonomes capable de percer les secrets d'applications .NET en cours de fonctionnement (2 outils sur les 3 pour être précis, l'un est un visualisateur pour VS).

Outils de debug très intéressants ne nécessitant pas forcément l'installation de VS sur la machine, ces applications sont des compagnons à mettre dans votre boîte à outils. Utilitaires autonomes pouvant être utilisés par n'importe qui, l'existence même de ces outils ouvre la voie à un cracking autrement plus simple que l'utilisation d'outils comparables pour Win32. La haute cohérence de .NET et sa "lisibilité" rendant l'opération moins ardue.

Anges ou Démons ?

Les objets n'ont pas d'âme (si tant est que les êtres vivants en aient une) mais surtout ils n'ont pas de conscience. De tels outils ne peuvent donc être taxés en eux-mêmes d'être "diaboliques". C'est l'Homme qui appuie sur la gâchette que l'on juge et condamne, non les particules de poudre et l'amorce ayant permis à la balle de sortir de l'arme... A vous d'en faire bonne usage donc. Le plus important étant même de savoir que de tels outils existent pour éventuellement réfléchir, pour des applications sensibles, à comment rendre inopérantes des attaques qui utiliseraient cette approche.

Les outils

Crack.NET

Ecrit par Josh Smith, cet outil est un "logiciel de débogage et de scripting qui vous donne accès à l'intérieur de toute application .NET desktop" (d'après la traduction de la présentation de l'auteur). Une fois lancé l'utilitaire permet de choisir l'application .NET à cracker (selon les termes mêmes du bouton de lancement). Visualiser la mémoire, traverser les grappes d'objets, il est ainsi possible de tracer l'état de l'application "victime". Imaginons un mot de passe de connexion à une base de données ou à un Service Web, même si l'exécutable est obfusqué, même si les valeurs sont cryptées sur disque, il devient possible de lire ces dernières en clair une fois en mémoire de l'application.

On flirte avec la limite cracking / debugging, mais encore une fois l'intention coupable ou non est du ressort de la conscience de l'utilisateur de l'outil.

Un outil à posséder donc.

http://joshsmithonwpf.wordpress.com/cracknet/

Mole

Mole est un outil un peu différent, c'est un visualisateur pour Visual Studio qui permet de plonger dans les arborescences d'objets, de visualiser les valeurs mais aussi de les modifier.

En tant qu'outil pour VS la frontière du cracking s'éloigne, celle du debugging étant plus clairement visible.

"Mole a été conçu pour permettre au développeur non seulement d'afficher des objets ou des données, mais aussi de percer et visualiser les propriétés de ces objets, puis de les modifier. Mole permet un nombre illimité d'objets et de sous-objets en cours d'inspection. Quand Mole trouve un objet IEnumerable, les données peuvent être visualisées dans une DataGridView ou dans une grille de propriétés. Mole gère facilement les collections qui contiennent plusieurs types de données. Mole permet aussi au développeur de voir les champs non publics de tous les objets. Vous pouvez apprendre beaucoup sur le framework. NET en inspectant ainsi les données de vos applications."

http://karlshifflett.wordpress.com/mole-for-visual-studio/

Snoop

"Snoop est un utilitaire conçu pour simplifier le débogage visuel des applications WPF à l'exécution."

Un peu comme Crack.NET il s'agit ici d'un utilitaire autonome permettant d'inspecter une application WPF lors de son exécution. Cela peut s'avérer très utile en debug, mais peu présenter certains risques entre de mauvaises mains...

 

En tout cas, si vous développez des applications WPF, il faut avoir Snoop, il peut fournir une aide appréciable en plus du debug sous VS.

http://blois.us/Snoop/

Conclusion

Objets inanimés avez-vous une âme ? Questionnait Lamartine. Les objets numériques qu'il n'a pas connus n'en ont ni plus ni moins que les objets physiques en tout cas. Cracker ou debugger, c'est à vous de voir avec votre conscience, mais dans tous les cas, il est important de connaître l'existence de tels outils qui peuvent s'avérer bien pratiques dans certaines circonstances.

Stay Tuned !