Dot.Blog

C#, XAML, Xamarin, UWP/Android/iOS

Silverlight : charger une image sur l’hôte

[new:16/6/2010] Charger une image depuis un serveur est un sujet que j’ai déjà abordé (voir: Silverlight : Charger une image dynamiquement). Charger une image depuis la machine hôte me semblait simple et je n’avais pas encore abordé le sujet. Pourtant, en lisant certaines questions que je reçois, force est de convenir que cela ne doit pas être si évident. Alors ne restons pas dans le questionnement et passons à la réponse, qui est courte. Plus...

UX != UI

[new:11/6/2010]Une petite mise au point s’impose devant l’abus qui commence a être fait de l’acronyme “UX” et de son développé “User Experience” (Expérience Utilisateur). L’UX n’est pas l’UI !Plus...

Silverlight : Charger une image dynamiquement

[new:25/5/2010]La plupart du temps utiliser une image dans une application Silverlight est quelque chose de simple : l'image est ajoutée au projet, depuis les Assets on la pose sur la surface de design et c'est tout... Mais ce n'est pas forcément la façon la plus subtile de gérer l'affichage d'images de grandes tailles ou d'images nombreuses, voire d'images au contenu variable (images mises à jour par une application server par exemple). Dès lors qu'on dépasse l'utilisation du simple glyph il est en réalité souvent nécessaire de charger dynamiquement la ou les images en question. Plus...

Deux règles pour programmer Silverlight & WPF

Des règles et des bonnes pratiques pour développer des applications Silverlight il en existe bien plus que deux, faire croire le contraire ne serait pas honnête. Ne serait-ce que par la richesse des EDI utilisés (Visual Studio, Expression Blend, Expression Design…) il faut accumuler de l’expérience et mémoriser de nombreuses patterns pour architecturer et designer correctement une application.

Alors, en vrac, voici deux règles qui me passent par la tête et que je voulais vous communiquer:

Programmation par Templates

Sous Silverlight lâchez les vieilles habitudes. L’une de celles-ci que je rencontre souvent est celle qui consiste à se jeter sur son clavier pour créer un UserControl (ou un Control par héritage) dès qu’on a besoin d’un nouveau composant qui semble absent de la bibliothèque.

Erreur. Méthode du passé.

En effet, Silverlight et WPF impliquent des changements radicaux de mode de pensée et d’habitudes. Sous ces environnements, la majorité des besoins sont couverts par les composants existants, il “suffit” juste d’en modifier le template.

Nous sommes passés d’une programmation par héritage à une programmation par modèle (template).

Deux exemples pour bien cerner ce que j’entends par là.

Sticky Note

Prenons pour premier exemple un cas d’école, déjà ancien mais en plein dans notre propos : sticky notes pour WPF (sticky notes listbox). Ce “composant” se présente comme une liste verticale de petites notes de type “post-it” légèrement décalées les unes par rapport aux autres.

L’effet est sympathique et donne un peu de fantaisie et de vie à ce qui ne serait qu’une liste rectangulaire dans une grille en programmation classique.

Ce magnifique “composant” n’utilise aucun code “'classique”. Inutile dans les sources de chercher la classe StickyNotes qui hériterait de Control ou même de chercher dans les fichiers de l’application le UserControl créé pour l’occasion.

Rien de tout cela.

Sticky Notes est créé uniquement en jouant sur le templating d’une simple… Listbox ! Une poignée de Xaml et des templates, c’est tout.

Language button

Dernièrement dans une application Silverlight je devais implémenter un bouton permettant de choisir depuis la page d’accueil la langue à utiliser (français ou anglais). Forcément on pense à un ToggleButton ou quelque chose d’équivalent (ce qui n’existe pas de base). On pourrait aussi associer deux RadioButton dans une grille.

Mais le plus intéressant consiste à se demander “quel control existant se rapproche le plus du comportement que je souhaite implémenter”. En y réfléchissant quelques secondes on s’aperçoit assez vite qu’une CheckBox possède deux états stables (oublions ici l’état indéterminé). Ce composant comporte toute la logique et les états visuels permettant de gérer deux états.

Par défaut une CheckBox c’est une case à cocher avec un bout de texte devant ou derrière.

Le plus dur consiste à se l’imaginer comme deux drapeaux (français et US) côte à côte, celui qui est sélectionné étant à 110% de sa taille et l’autre à 50%. Par convention arbitraire et chauvinisme inconscient certainement j’ai considéré que IsChecked = True était le Français, à False l’anglais. En partant d’une CheckBox que j’ai totalement vidée de son contenu, et en ajoutant les deux drapeaux (et quelques autres ingrédients et animations via le VSM) j’ai obtenu un merveilleux “ToggleButton” sans jamais “sous-classer” le moindre contrôle. Juste en écrivant un template.

Le ViewModel de la page d’accueil offre une propriété IsFrench de type booléen qui est simplement bindée à la propriété IsChecked du CheckBox (en mode TwoWay) et l’affaire est jouée !

Règle 1 : De l’héritage au templating

La programmation Xaml (Silverlight / WPF) est une programmation visuelle qui s’effectue par templating. Créer des UserControl et encore plus sous-classer des contrôles existants devient quelque chose de rarissime.

Nous sommes passés de l’ère de la programmation objet par héritage à celle de la programmation visuelle par templating. Bien comprendre toute la signification de ce changement est un point primordial et un préliminaire indispensable pour comprendre cette technologie et donc la programmer intelligemment.

Programmation par Properties

Il s’agit du même genre de glissement, une pente douce mais dont la longueur finit par conférer une vitesse tellement grande à celui qui s’y laisse glisser que le décor n’a plus rien à voir avec celui qu’on a tout le temps d’admirer en balade à dos d’âne…

Dans l’exemple précédent on touchait du doigt cette nouvelle approche mais sans la mettre en exergue.

En effet, dans la pattern M-V-VM plutôt que de créer un code incompatible avec le visuel d’un côté pour ensuite créer de l’autre des tripotés de convertisseurs (programmation classique non M-V-VM sous WPF et Silverlight dans une moindre mesure) il semble bien plus simple d’exposer dans les ViewModels des propriétés directement exploitables par l’UI. Si adaptation des données il doit y avoir c’est le ViewModel qui s’en charge (directement si cela est ponctuel, ou via une classe de service si la chose doit être réutilisées ailleurs).

Dans l’exemple précédent du Checkbox transformé en ToggleButton de langue, aucun événement n’est programmé, aucun gestionnaire n’est écrit pour réagir au clic. Tout se joue dans le ballet automatique de IsChecked de la CheckBox et de IsFrench du ViewModel sous l’égide discrète mais indispensable d’un binding two way…

Quant l’utilisateur clique sur la CheckBox (enfin sur le ToggleButton avec les deux drapeaux) le composant sous-jacent bascule sa propriété IsChecked à vrai ou faux selon le cas. Comme cette dernière est liée à IsFrench du ViewModel, une propriété de type booléen aussi pour assurer la compatibilité des comportements, le ViewModel reçoit pas un événement mais l’une de ces propriétés (IsFrench) se voit modifiée. Ce qui déclenche le Setter de cette dernière. Ce dernier s’occupant de modifier le fichier de ressource utilisé pour puiser les chaines de caractères. De là et par une série de notification de changement de propriétés, il avertit en retour la Vue que toutes les propriétés de type texte ont été modifiées. La vue (et ses binding) y réagit en rafraichissant les affichages…

Toute cette mécanique s’est déroulée sans aucun gestionnaire d’événement, sans aucune programmation “classique” (en dehors du ViewModel et de ces propriétés gérant INotifyPropertyChanged, ce qui peut être automatisé ou simplifié en utilisant Mvvm-light par exemple).

Règle 2 :  de l’événementiel à binding

La seconde règle d’or à bien comprendre pour tirer totalement partie de Xaml et de ses enfants (Silverlight et WPF) est ainsi d’opter pour un modèle de développement de type Model-View-ViewModel se basant presque exclusivement sur des couples de propriétés mis en relation via binding.

On est passé de l’ère du développement dit “événementiel” des premières versions de Windows à ce qu’on pourrait appeler la “programmation par Binding” ou par “properties”.

Conclusion

Pour résumer :

Règle 1 on cherche à templater des contrôles existants sans créer des UserControl ni dériver des contrôles existants.

Règle 2 : on base la dynamique de l’application sur le binding entre propriétés et non plus sur les gestionnaires des événements des contrôles.

Si vous avez déjà fait vôtre ses règles alors vous allez devenir, si ce n’est pas déjà le cas, de très bons développeurs Silverlight et Xaml très recherchés !

Si vous n’aviez pas encore vu les choses sous cet angle là, je serai très heureux si par chance j’ai réussi à tirer le voile qui vous empêchait de les voir ainsi. Vous ne ferez qu’entrer plus vite dans la catégorie précédente !

Bon Dev, et, œuf corse,

Stay Tuned !

Simple MVVM

MVVM, Model-View-ViewModel, est une pattern de développement que je vous ai présentée plusieurs fois (billet et un article récent de 70 pages) en raison de son importance dans le développement d’applications Silverlight principalement.

A ces occasions j’ai présenté plusieurs frameworks permettant de faciliter le développement en suivant la pattern MVVM. Je viens d’en découvrir un autre, encore plus simple que MVVM Light, c’est “Simple MVVM” un projet CodePlex.

La gestion des commandes n’est pas prise en compte mais comme je le montre dans le long article évoqué en introduction en utilisant Silverlight 4 (en bêta pour l’instant mais bientôt releasé) on peut facilement gérer l’interface ICommand dans une vaste majorité de cas sans utiliser de librairie annexe.

Simple MVVM est vraiment simple. C’est un peu “MVVM pour les nuls”. Mais justement, c’est en partant d’exemples simples, de librairies hyper light qu’on peut mieux cerner une technologie et choisir ensuite des frameworks plus lourds et plus complets. Je vous conseille donc d’y jeter un œil.

Dans tous les cas je suis pour les librairies les plus light possible. Les gros “zinzins”, même très bien faits, pose toujours un problème de maintenabilité (si vous, personnellement, vous avez investi du temps pour apprendre telle ou telle grosse librairie, c’est bien, mais que ce passera-t-il s’il faut qu’un autre informaticien maintienne votre code au pied levé ? Combien coûtera sa propre formation sur la dite librairie ? Alors que souvent ces dernières ont pour objectif de simplifier le travail et donc de couter moins cher “à la longue”. C’est faux en réalité, et c’est donc un contre-sens que de les utiliser, aussi puissantes ou savantes soient-elles, sauf cas exceptionnels…).

Ce qui se conçoit bien se programme clairement – Et le code pour le faire vient aisément… (paraphrase libre du célèbre proverbe de Nicolas Boileau).

Stay Tuned !