Dot.Blog

C#, XAML, Xamarin, UWP/Android/iOS

MVP 2013 !

[new:31/01/2013]MVP_Horizontal_BlueOnlyPour la cinquième année j’ai le plaisir et l’honneur d’avoir reçu la distinction MVP, Most Valuable Professionnal, de la part de Microsoft, dans la catégorie Silverlight puisque pour ceux de ma promotion il était encore un peu trop tôt pour briguer WinRT. Une occasion de rappeler ce qu’est un MVP…

Qu’est-ce qu’un MVP ?

Le plus simple est de citer Rich Kaplan, Corporate Vice President de Microsoft qui, dans sa lettre remise à chaque MVP explique :

Les MVPs Microsoft sont un groupe d'experts reconnus qui compte moins de 5 000 lauréats dans le monde. Ceux-ci font preuve d'un profond engagement envers leur communauté et d'une grande volonté d'aider les autres.
Ils représentent la diversité des communautés techniques d'aujourd'hui. Les MVPs sont répartis dans plus de 90 pays regroupant 30 langues différentes et couvrant plus de 90 technologies Microsoft. Ils partagent une même passion pour la technologie, l'envie d'aider les autres et l'engagement auprès de leur communauté. C'est pour cette raison que les MVPs sont d'exceptionnels leaders de communautés. Les efforts qu'ils déploient améliorent la vie de tous et participent à la prospérité de notre industrie. En partageant leurs connaissances et leur expérience, et en fournissant des commentaires objectifs, ils aident chaque jour les utilisateurs à résoudre leurs problèmes et à découvrir de nouvelles fonctionnalités. Les MVPs sont l'élite de la technologie et c'est pour nous un honneur d'accueillir Monsieur Dahan parmi eux.

Comment devenir MVP ?

C’est une question qui m’est souvent posée. Il n’est pas si simple d’y répondre car en fait il n’existe aucun automatisme. Pour devenir Pompier je peux vous expliquer les examens à passer, idem pour être médecin ou boulanger. Mais MVP n’est pas un dû… C’est une cooptation.

Comme l’explique l’extrait publié ci-dessus, les MVPs sont un “groupe d’experts reconnus”. Le fait de devenir MVP s’entend après avoir acquis ce statut “d’expert reconnu”.

Si le titre MVP peut aider à assoir une notoriété technique, il n’est pas le précurseur de cette dernière. Il faut avant tout être un expert reconnu. Et cela s’obtient pas le travail (l’expertise) et la présence “médiatique” (être reconnu impose de se faire connaitre).

Mais ce n’est pas tout. De nombreux experts reconnus ne sont pas MVP. Pourquoi ? Cherchons encore une fois la réponse dans la lettre de M. Kaplan : “En partageant leurs connaissances et leur expérience,
et en fournissant des commentaires objectifs, ils aident chaque jour les utilisateurs à résoudre leurs problèmes et à découvrir de nouvelles fonctionnalités.

Un MVP n’est pas seulement un expert reconnu, c’est aussi un passionné qui partage son savoir, qui apporte son aide aux autres. Et c’est d’ailleurs ici que se joue l’intérêt pour Microsoft de reconnaitre les MVPs : ces derniers aident Microsoft à faire connaitre ses technologies et à mieux les utiliser, à en tirer le meilleur.

C’est donc un association gagnant-gagnant entre d’une part Microsoft qui bénéficie d’un support technique gratuit de la part d’experts reconnus, et d’autre part de ces derniers qui, en retour, obtiennent l’avantage d’être nommés MVP.

Comment devient-on MVP alors ? En étant un expert reconnu qui ne compte pas son temps pour expliquer, convaincre, aider, tout en restant objectif.

Lorsqu’on cumule tous ces critères, il ne reste plus qu’à attendre d’être “repéré” par des employés de Microsoft ou d’autres MVP et qu’ils proposent votre candidature à Microsoft…

Rien n’est joué d’avance, et même un MVP en place n’a aucune certitude de l’être à nouveau l’année suivante. Cette année par exemple, ne serait-ce qu’en France, de nombreux camarades qui étaient MVP parfois de longue date on eut la déception de ne pas se voir renouveler, sans plus d’explications que lorsque vous être “repéré”. C’est la vie du MVP. Ce n’est pas un dû, ce n’est pas un titre à vie.

Qu’est-ce que cela change ?

Ne plus l’être pour ceux qui l’ont été est toujours vécu comme une déception, c’est normal. En dehors de fautes caractérisées (comme briser la NDA, le document officiel qui lie chaque MVP à Microsoft par un contrat de non divulgation), mille raisons peuvent expliquer la perte du titre : activité moindre sur les forums d’entraide de Microsoft, trop faible nombre de publications, ou tout simplement compétences en lien avec des technologies que Microsoft ne souhaite plus promouvoir et sans possibilité de changer de catégorie faute d’assez de compétences reconnues dans d’autres domaines.

Dans l’autre sens, pour celui est nommé MVP ou qui est “renouvelé”, c’est toujours une joie et une petite fierté. Petite car comme je le disais, la chance, les changements de technologies, les bonnes rencontres, tout cela joue aussi beaucoup. Je n’aime pas la fierté mal placée. On doit être fier de ce qu’on accomplit et non de ce qu’on ne choisit pas. Ainsi je suis fier d’être un expert reconnu car c’est mon travail qui est reconnu, comme je suis fier d’être un citoyen honnête s’acquittant de ses devoirs car c’est un choix personnel, mais je ne suis pas “fier d’être Français”, comment être fier de quelque chose qui est lié au hasard ? Peut-être aurais-je pu naitre Guinéen ou Anglais, Papou ou Japonais… On ne m’a pas demandé mon avis. Et j’aurais donc été “fier” dans chaque cas ? Cela n’a aucun sens pour un esprit rationnel.

La fierté d’être MVP c’est donc avant tout celle d’une reconnaissance d’un vrai travail et non d’un titre honorifique.

Les avantages du MVP

Etre MVP s’accompagne de petits avantages qui ne sont pas secrets. Ils sont tous légitimes.

Le premier et le plus important est d’obtenir gratuitement un abonnement MSDN / TechNet donnant accès à une vaste palette de logiciels Microsoft : les OS, les outils de développement, Office, etc.

C’est un abonnement assez cher et on peut considérer que c’est un cadeau de valeur. D’un autre côté il est de l’intérêt même de Microsoft de faciliter l’accès aux technologies Microsoft aux MVP qui sont reconnus pour leurs compétences et leur capacité à diffuser l’information, à aider les autres…

C’est donc un deal encore une fois gagnant-gagnant où tout le monde y trouve son compte.

Autour de cet avantage principal, on retrouve des petites choses annexes, comme un joli trophée, un pins, un diplôme, etc. Un habillage du titre MVP très charmant (j’attends avec impatience mon “Kit” qui arrivera dans les jours prochains, comme à chaque fois !), mais qui n’est pas l’essentiel.

En revanche, la position de MVP donne la possibilité de participer à des évènements, d’obtenir des informations, de participer à des programmes tous très intéressants pour qui est passionné de technologie, ce qui est le cas de tout MVP.

Par exemple, j’ai pu devenir membre du Developer Guidance Advisory Council de Microsoft. Ce “conseil” réuni des experts sur des sujets variés, chacun participe aux travaux qui l’intéressent et où il pense pouvoir apporter quelque chose. Cela peut aller de petites choses comme vérifier la localisation en français de Windows 8 avant sa sortie, à des choses plus techniques comme la conception de la prochaine version de Prism pour WinRT sur laquelle je travaille depuis plusieurs mois en lien direct avec l’équipe Prism.

Là on touche des choses concrètes, on discute en direct avec des ingénieurs Microsoft et on a la possibilité d’influer les choix, le devenir d’un produit. Concernant Prism pour WinRT, c’est un travail réellement passionnant.

En fait, le véritable avantage d’être MVP, c’est de pouvoir travailler encore plus, de s’engager encore plus auprès de Microsoft pour aider les utilisateurs de futurs technologies …

Un MVP ne reçoit donc rien d’autre que de la reconnaissance et l’accès aux produits nécessaire à l’exercice de sa passion. C’est tout.

Ensuite, le statut de MVP, entérinant celui d’expert reconnu, peut être une ouverture pour obtenir de certains éditeurs des licences gratuites. Encore une fois il s’agit d’outils de développement au sens large. Ne pensez pas vous faire offrir un jeu ou Illustrator par Adobe parce que vous être MVP… En revanche Resharper oui, ou d’autres produits de ce type, des composants Infragistics ou d’autres concurrents. C’est à dire uniquement des choses liées à votre domaine de compétence et qui n’ont d’intérêt que si vous travaillez encore plus pour tester ces logiciels !

Bref, être MVP ne paye pas le loyer, mais donne tous les moyens à un geek de le rester !

Conclusion

MVP pour la cinquième année est certainement quelque chose qui a une importance à mes yeux, et je suis heureux de cette reconnaissance.

Mais je sais que l’essentiel du travail d’un MVP est d’être un expert reconnu et objectif.

C’est ce que je m’efforce d’être tous les jours, notamment aux travers de mes articles sur Dot.Blog.

Bonne et heureuse année à tous !

Et Stay Tuned,  2013 va être une année pleine de surprises…

blog comments powered by Disqus