Dot.Blog

C#, XAML, Xamarin, UWP/Android/iOS

WCF Ria Services : Charger les entités associées

[new:31/01/2011]WCF Ria Services est une mécanique de précision. En démo tout est toujours simple et évident, dans la réalité on rencontre toujours quelques cas plus retors et pas forcément dans des features ultra sophistiquées... Par exemple le chargement d’entités associées réclame de connaitre la double astuce que je vais vous présenter.Plus...

Parallel FX, P-Linq et maintenant les Reactive Extensions…

[new:10/8/2010]Les Parallel Extensions, connues jusqu’à lors sous le nom de Parallel Framework Extensions (ou PFX) forment une librairie permettant de faciliter la construction d’algorithmes parallèles (multi-thread) tirant partie des machines multi-cœur. Je vous en avais déjà parlé, ainsi que de P-Linq les extensions parallèles pour LINQ. Deux choses importantes à savoir aujourd’hui : les Parallel Extensions font partie de .NET 4 (VS 2010, Silverlight…) et une nouvelle librairie arrive, les Reactive Extensions !Plus...

Entity Framework et la compatibilité arrière (problème Datetime2).

[new:05/07/2010]Vous possédez un OS récent, comme Windows 7, vous développez avec les outils les plus modernes (disons VS 2010 au hasard) et, bien entendu votre base de données installée en local est SQL Server 2008. D’une part parce que c’est une bonne version, mais surtout parce que vous n’avez pas trop le choix… Vous créez une application pour un client qui utilise SQL Server 2005 et là, pof! dès qu’il exécute votre logiciel il y a une exception du genre “The version of SQL Server in use does not support datatype 'datetime2”… Plus...

Article ! Le Binding Xaml, sa syntaxe, éviter ses pièges… (WPF/Silverlight)

imagePromis dans mon dernier billet, le voici enfin ! Ce nouvel article dédié au binding Xaml pèse 77 pages (le record était tenu jusqu’à lors par mon article M-V-VM avec Silverlight avec 70 pages) et se présente sous la forme d’un PDF et de 9 projets exemples.

Le binding cet inconnu … J’en parlais dans mon billet Le retour du spaghetti vengeur, le binding avec sa syntaxe pleine d’accolades et de chaînes de caractères non contrôlées à la compilation est un piège à bugs et la porte ouverte au code spaghetti.

Plutôt que de me lamenter et vous laisser vous embourber dans la sauce de ces spaghetti là, j’ai pris ma plume, et voici le résultat : 77 pages sur le binding Xaml, son fonctionnement, ses différentes syntaxes le tout illustré par des exemples clairs. L’article aborde aussi le débogue du binding assez délicat puisque Xaml échappe au débogueur de Visual Studio, et que le binding n’est que partiellement couvert par Intellisense.

Des conseils, du vécu, beaucoup d’exemples, voilà ce que vous trouverez dans cet article à télécharger en suivant le lien suivant :

Le Binding Xaml – Maîtriser sa syntaxe et éviter ses pièges (WPF/Silverlight)

(Attention, avant de cliquer sur le bouton “télécharger” attendez que la fiche détail de l’article soit bien affichée, sinon le site pensera que vous tentez un accès à une ressource non publique et vous demandera un login… Je reçois tous les jours des demandes d’ouverture de compte provenant de lecteurs trop impatients qui cliquent trop vite sur le bouton ! La prochaine version du site en Silverlight est en préparation et corrigera ce petit problème, mais d’ici là : slow down cowboy !).

Pour vous aider à vous faire une idée du contenu de l’article voici son sommaire :

Sommaire

  • Références    5
  • Code Source    6
  • Préambule    7
  • Le Binding Xaml : Ange ou Démon ?    7
    • Le Binding    8
    • Définition    8
    • Utilisations    9
    • Schéma du principe    9
    • Déclaration    10
      • Par code    10
      • En Xaml    11
  • Les modes de binding    13
    • Le mode OneTime    13
    • Le mode OneWay    13
    • Le mode TwoWay    14
      • Gestion du timing    14
    • Le mode Default    16
    • Le mode OneWayToSource    16
  • Hiérarchie de valeur    18
    • Règles de précédences    19
  • La notion de  DataContext    20
  • Les convertisseurs de valeur    21
    • Définition    21
    • Scénario    21
    • Implémentation    22
    • Utilisation    23
      • Instanciation    23
      • Invocation    23
      • Bonnes pratiques    24
      • Pour résumer    26
  • Les dangers du Binding    27
    • Des chaînes non contrôlées    27
    • Un langage dans le langage    28
  • On fait quoi ?    28
  • Déboguer le Binding    28
    • Vigilance    28
    • Une code Xaml court    29
    • Refactoring sous contrôle    29
    • Utiliser des outils intelligents    29
    • Utiliser Expression Blend    29
    • Vérifier les erreurs de binding dans la fenêtre de sortie    30
    • Créer un fichier des erreurs de Binding    30
    • La feinte du convertisseur inutile    32
    • Quelques outils supplémentaires    33
      • Spy++    33
      • ManagedSpy    33
      • Snoop    34
      • Mole    34
      • Reflector    34
      • Vos neurones    34
  • Les syntaxes du Binding    34
    • Le binding simple    34
      • Binding direct    35
      • Binding sur une propriété    35
      • Binding sur une sous-propriété du contexte    36
      • L’Element Binding    37
      • Convertisseurs de valeur    37
        • Paramètres de conversion    38
      • StringFormat    40
        • Injection de culture    41
        • Le ContentStringFormat    42
        • Gérer les nuls    43
    • Le Binding Multiple    44
      • La classe Personne    44
      • Le code du multi convertisseur    45
      • Le code Xaml    46
    • Le Binding XML    47
      • Binding sur une source Web    47
      • Binding sur une source XML en ressource    48
      • Binding sur une requête Linq To XML    49
    • Le Binding Relatif    52
      • Binding to Self    52
      • Le TemplatedParent Binding    53
      • Le Binding sur recherche d’ancêtre    54
      • Le Binding PreviousData    56
        • La source de données    58
        • La visibilité des flèches : la magie de PreviousData et du Binding Multiple    58
        • Le contenu des textes    61
      • Le Template binding    61
        • Utilité    61
      • Le Collection Binding    67
      • Le Priority Binding    69
  • Les propriétés de tous les bindings    74
  • Conclusion    76

Avril est froid et pluvieux mais les soirées rallongent, c’est le printemps même si cela n’y ressemble pas encore beaucoup, grâce à moi vous savez maintenant comment occuper vos soirées et vos weekend au lieu de faire l’idiot dans les embouteillages des vacances : Lisez cet article !

Et Stay Tuned !

Silverlight : Enum.GetValues qui n'existe pas, binding et autres considérations

Silverlight, comme vous le savez, propose dans quelques méga octets un mini framework .NET qui est tellement bien "découpé" que la plupart du temps on ne se rend même pas compte qu'il manque des dizaines de méga de code binaire... Pourtant entre une installation complète du Framework 3.5 ou 4.0 à venir et l'installation du plugin Silverlight il y a comme une énorme différence ! De deux choses l'une, soit Silverlight ne sait rien faire tellement il est diminué par ce découpage, ce qui n'est pas le cas, soit le Framework complet est juste gonflé avec des fichiers inutiles pour "faire sérieux", ce qui n'est pas le cas non plus :-)

Un découpage savant 

Donc ce n'est ni l'un ni l'autre. La troisième possibilité, qui est la bonne réponse, est que le Framework complet est d'une richesse infinie dans les moindres détails, et que le Framework Silverlight "ruse" en zappant beaucoup de détails mais sans perdre l'essentiel. Cela donne l'impression qu'on peut tout faire en Silverlight comme en WPF. C'est "presque" vrai. Assez rapidement on tombe sur les fameux petits détails qui manquent. Cela implique de les compenser par du code.

Cela dit loin d'être une critique négative de Silverlight s'en est au contraire une apologie ! Je trouve en effet le découpage savant qui a été effectué dans Silverlight particulièrement bien fait. L'approche est très sensée : il est rarissime (même impossible) qu'une application utilise et nécessite d'accéder à toutes les méthodes, toutes les propriétés de toutes les classes du Framework tellement celui-ci est riche. Du coup, en faisant des coupes bien choisies, on peut laisser les squelettes de presque tout le Framework ainsi que les principales méthodes et propriétés utilisées le plus souvent. On obtient le Framework Silverlight dans lequel un code standard trouvera 95% de tout ce qu'il lui faut pour tourner. Beaucoup d'applications simples ne verront même pas qu'il manque quelque chose. En revanche pour les autres cas, le développeur ajoutera les contournements nécessaires ce qui grossira un peu son code binaire Silverlight, mais d'une petite fraction très supportable. Rien à voir avec le coût d'une installation du Framework complet.

Il n'en reste pas moins vrai que parfois pour des choses très simples on se retrouve un peu le bec dans l'eau. "Tiens, c'est bizarre, j'aurais juré que la méthode xxx existait !" Et non, on n'a pas rêvé, elle existe bien, mais dans le Framework complet, pas dans celui de Silverlight. Un exemple tout simple : la méthode GetValues() de la classe Enum.

Enum.GetValues où es tu ?

Un cas d'utilisation très basique qui fait voir immédiatement qu'il manque quelque chose : essayez de faire un binding entre une combobox et une énumération. Truc classique par excellence.

Que le binding soit fait par Xaml ou bien par code, à un moment où un autre il faut que l'énumération sache retourner la liste de ses valeurs. C'est justement la fonction de la méthode Enum.GetValues().

Mais dans le Framework Silverlight cette méthode n'existe tout simplement pas. Victime de la cure d'amaigrissement évoquée plus haut. Il ne s'agit donc ni d'un oubli ni d'un dommage collatéral, c'est un parti pris, assumé.

Et alors on fait comment ?

Assumé, assumé... comme il y va ! Non, je vous l'assure, c'est assumé. Par l'équipe qui développe le Framework Silverlight en tout cas. Mais pas forcément par les développeurs qui l'utilisent ! Car pour eux c'est une autre histoire puisque, en effet, il va falloir réinventer cette méthode.

A l'aide d'un peu de Linq to Object et de Reflexion, on peut s'en sortir.

Linq et Reflexion

Il existe en effet un moyen d'obtenir les valeurs d'une Enum par la réflexion, en utilisant la méthode GetFields() sur le type de l'Enum dont on souhaite obtenir les valeurs. 

GetFields() retourne un tableau de FieldInfo. Une Enum présente alors ses différentes valeurs comme un tableau de champs. En plus de ces champs, GetFields() retournera aussi des éléments qui ne sont pas des valeurs de l'énumération mais d'autres champs de la classe. Au sein de FieldInfo vous trouverez un ensemble de méthodes nommées Isxxx(), l'une d'entre elles nous intéresse plus particulièrement ici; c'est IsLiteral. Toutes les valeurs de l'énumération retournent True. La solution est alors simple en ajoutant à la Réflexion un peu de Linq to Object :

   1:  var enumType = typeof(monEnumeration);
   2:  var fields =  from field in enumType.GetFields()
   3:                where field.IsLiteral
   4:                select field.GetValue(null).ToString();
   5:  LaCombobox.ItemsSource = fields;

A partir du type de l'énumération (ligne 1) on construit une requête Linq to Object qui filtre tous les champs ayant IsLiteral à vrai et qui sélectionne la valeur de ce champ sous la forme d'une string.

Ne reste plus qu'à faire le binding entre cette requête Linq et ItemsSource de la combo box.

Il faudra ajouter un peu de code pour transformer la chaîne sélectionnée dans la combo en une valeur de l'énumération grâce à un appel à Enum.Parse().

C'est la version simple et courte. Bien entendu dans le cas où on souhaite faire du binding plus automatisé, notamment directement en Xaml, la solution donnée ici est un peu trop simple. L'esprit est le bon mais il manque des petites choses comme un convertisseur de valeurs.

D'autres versions plus sophistiquées

Il est bien sûr possible d'aller plus loin et de formuler une solution plus sophistiquée qui permettent de faire du binding en Xaml notamment. Je vous laisse y réfléchir, ça fait un bon excercice C# et ce n'est pas un MVP C# qui vous dira que s'entraîner mentalement de la sorte sur le langage est inutile ! :-)

Mais sachez que d'autres y ont déjà pensé et ont proposé des solutions souvent assez proches (ce problème ne peut pas être résolu de dix milles façons). En voici quelques unes dans lesquelles vous pourrez piocher matière à aller plus loin :

Silverlight c'est sympa et en plus ça fait travailler les méninges, que du bon ! 

Stay Tuned !