Dot.Blog

C#, XAML, Xamarin, UWP/Android/iOS

Votre entreprise existe-t-elle vraiment ?

Entre les “on-dits”, les “croyances”, les prévisions, voire les visions, les buzz, etc, il est bien difficile de prendre des décision éclairées sur des bases aussi floues et subjectives… Voici quelques stats qui fixent certains aspects de la réalité du marché et qui montrent qu’une entreprise qui ignore les mobiles disparaitra aussi surement que celles qui n’ont toujours pas de site Web...

Mobile = Exister

Il fut un temps pas si lointain où pour exister une entreprise ne pouvait plus se contenter d’une annonce dans les Pages Jaunes de l’annuaire téléphonique. Pourtant ce mode fut pendant des dizaines d’années l’un des plus porteur (en dehors de la publicité ciblées).

Puis vint Internet. Il fallu des années pour que certains comprennent que sans un site Web une entreprise n’existait plus.

Trente ans plus tard une nouvelle transformation du paysage bouleverse la donne, les mobiles. Aujourd’hui de pas avoir une App pour montrer, vendre, fidéliser ses clients c’est mourir, disparaitre.

Plus personne en entreprise n’oserait aujourd’hui nier le besoin d’un site Web même institutionnel, juste pour marquer sa présence face à la concurrence et ne pas être oublié.

Pourquoi faut-il encore tant de temps pour que ces mêmes entreprises, surtout en France, comprennent que désormais sans une App (ou plusieurs), une entreprise n’existera plus à terme ?

Voici quelques chiffres qui enfoncent le clou.

Google et les mobiles, info ou intox ?

Oui; c’est vrai, Google, le moteur de recherche tout puissant (pas Android, même s’il est tout puissant aussi) prend désormais en compte l’adaptation d’un site Web aux mobiles dans son calcul de ranking. Sur l’année 2015 les sites “non mobile friendly” ont vu en globalité leurs taux de fréquentation chuter de 10% environ.

Il n’est pas si difficile que ça d’adapter certains sites, voire tout simplement de router le visiteur sur des pages refaites pour mobiles. Il faut donc le faire…

Une personne = un mobile

imageEn tout cas en occident cela est vrai. Et ce sont généralement nos marchés cibles pour le business. Par exemple aux USA 92% des adultes possèdent un téléphone portable.

Mais au niveau mondial ? Même s’il y a par évidence des pays défavorisés, il y a aujourd’hui 7,3 milliards d’abonnés pour des téléphones portables ! Et ce nombre devrait passer à 9.1 milliards soit une progression de 25% sur les six prochaines années.

Le rachat de Xamarin par Microsoft doit donc s’interpréter dans ce contexte, l’époque ou le smartphone était un gadget est révolue, les entreprises vont devoir mettre les bouchées doubles pour rattraper leur gigantesque retard en la matière !

 

Tablettes : mortes ou pas ?

Oui et non… Tout dépend de quel point de vue on se place comme toujours. Si on regarde ce marché en terme de croissance ou d’espérance de croissance, il décroche de façon nette. Mais si on le regarde du simple et pragmatique point de vue du nombre d’utilisateurs, il y a 166.7 millions d’utilisateur à ce jour et on considère qu’il y en aura 185 millions en 2020 (données eMarketer).

Générations montantes

imageSur le marché américain, assez proche du nôtre, les enfants du millénaire sont les plus nombreux désormais. Et 81% de ces personnes utilisent un smartphone ou une tablette dans une moindre mesure pour faire des achats ! (données BI Intelligence).

Mais la génération X (entre 46 et 54 ans) est celle qui croit le plus vite ! Un acheteur via mobile sur 4 aux USA fait partie de cette génération… (données BI Intelligence)

 

 

L’UX et les utilisateurs

Parmi tous les sujets qui importent aux yeux des utilisateurs de mobiles trois sujets arrivent en tête : la sécurité des transactions est bien évidemment la première, puis les temps trop longs de chargement, et les bugs. (données Harris)

Autre constat peu reluisant, 90% des adultes qui ont accédé au support client sont plutôt mécontents… (données S.Advice)

Des études sur l’impact de l’utilisation des unités mobiles montrent que les attentes devant un smartphone qui rament avait un effet plus fort sur le stress que de regarder un film d’horreur ou de faire la queue dans la rue devant un magasin ! (données Ericsson)

L’impact commercial des mobiles

Le commerce généré via les mobiles a atteint 115 milliards de dollars dans le monde en 2015. La projection pour l’année à venir fait état d’un montant de 142 milliards soit une augmentation de 23%.(données Forrester).

Le commerce via les mobiles compte pour 11% de tout le commerce en ligne. Mais un tiers des transactions proviennent des mobiles et surtout de nombreux achats ont commencé par des actions sur mobiles (visites de sites, applis de fournisseurs…) même si ce mouvement n’est pas comptabilisé dans les 11% cités. Il ne faut donc en aucun cas sous-estimer l’importance du rôle des mobiles. (données Forrester).

Certains domaines sont plus concernés encore et la moyenne indiquées plus haut ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt..; Ainsi 40% des achats de voyages sont générés ou pilotés par des Apps ou des accès Web via des mobiles. (données Criteo).

D’ici 2020 les mobiles devraient peser environ 48% dans toutes les ventes par e-commerce…(données Forrester).

Les sites Web optimisés pour les mobiles ont un taux de conversion de 3.4% contre 1.6%, c’est à prendre en compte ! (données Criteo).

Les mouvements de données

Entre la fin 2014 et la fin 2015 le flux de données généré par les mobiles a cru de 65% ! (données Ericsson).

Au mois de mars 2016, la taille moyenne d’une page servie à un mobile était de 1300 Ko contre 1153 Ko l’année précédente soit une croissance de 13%. (données Http Archive).

Les images comptent pour 62% du trafic avec les mobiles pour une moyenne de 803 Ko. Les scripts arrivent ensuite avec 308 Ko de moyenne pour 24% du total. (données Http Archive).

Android et sa fragmentation

imageLa fragmentation du marché Android s’est accrue de 28% sur la dernière année. Compliquant encore plus la tâche de ceux qui veulent absolument tirer partie de chaque amélioration. Ceci explique que les Xamarin.Forms représentent une solution dictée par la sagesse sauf à disposer de budgets illimités rien que pour Android… (données OpenSignal).

 

 

 

Conclusion

Les mobiles comptent de plus en plus dans tous nos actes quotidiens : relations avec nos amis, notre famille, achat de biens de tout genre, recherche d’information, bien-être, confort, choisir un lieu de vacances, un nouveau robot pour râper les carottes… Il n’y a aucun domaine qui échappe à ce mode de communication et d’accès aux informations.

Jusqu’il y a peu l’éclatement des OS rendaient les entreprises frileuses à s’investir sur ce créneau technique. Grâce aux Xamarin.Forms et à Microsoft, il est désormais possible de concevoir une seule application pour tous les OS du marché. Il est grand temps de rattraper le retard … Hier encore il fallait absolument une page Web pour “exister” comme je le disais en introduction. Toutes les entreprises l’ont compris au fil du temps. Aujourd’hui et encore plus demain une entreprise qui ne mettra pas une ou plusieurs Apps à la disposition de ces clients ou prospect n’existera plus.

A quand cette prise de conscience chez les DSI français ????

Stay Tuned !

blog comments powered by Disqus