Dot.Blog

C#, XAML, Xamarin, UWP/Android/iOS

Article ! Le Binding Xaml, sa syntaxe, éviter ses pièges… (WPF/Silverlight)

imagePromis dans mon dernier billet, le voici enfin ! Ce nouvel article dédié au binding Xaml pèse 77 pages (le record était tenu jusqu’à lors par mon article M-V-VM avec Silverlight avec 70 pages) et se présente sous la forme d’un PDF et de 9 projets exemples.

Le binding cet inconnu … J’en parlais dans mon billet Le retour du spaghetti vengeur, le binding avec sa syntaxe pleine d’accolades et de chaînes de caractères non contrôlées à la compilation est un piège à bugs et la porte ouverte au code spaghetti.

Plutôt que de me lamenter et vous laisser vous embourber dans la sauce de ces spaghetti là, j’ai pris ma plume, et voici le résultat : 77 pages sur le binding Xaml, son fonctionnement, ses différentes syntaxes le tout illustré par des exemples clairs. L’article aborde aussi le débogue du binding assez délicat puisque Xaml échappe au débogueur de Visual Studio, et que le binding n’est que partiellement couvert par Intellisense.

Des conseils, du vécu, beaucoup d’exemples, voilà ce que vous trouverez dans cet article à télécharger en suivant le lien suivant :

Le Binding Xaml – Maîtriser sa syntaxe et éviter ses pièges (WPF/Silverlight)

(Attention, avant de cliquer sur le bouton “télécharger” attendez que la fiche détail de l’article soit bien affichée, sinon le site pensera que vous tentez un accès à une ressource non publique et vous demandera un login… Je reçois tous les jours des demandes d’ouverture de compte provenant de lecteurs trop impatients qui cliquent trop vite sur le bouton ! La prochaine version du site en Silverlight est en préparation et corrigera ce petit problème, mais d’ici là : slow down cowboy !).

Pour vous aider à vous faire une idée du contenu de l’article voici son sommaire :

Sommaire

  • Références    5
  • Code Source    6
  • Préambule    7
  • Le Binding Xaml : Ange ou Démon ?    7
    • Le Binding    8
    • Définition    8
    • Utilisations    9
    • Schéma du principe    9
    • Déclaration    10
      • Par code    10
      • En Xaml    11
  • Les modes de binding    13
    • Le mode OneTime    13
    • Le mode OneWay    13
    • Le mode TwoWay    14
      • Gestion du timing    14
    • Le mode Default    16
    • Le mode OneWayToSource    16
  • Hiérarchie de valeur    18
    • Règles de précédences    19
  • La notion de  DataContext    20
  • Les convertisseurs de valeur    21
    • Définition    21
    • Scénario    21
    • Implémentation    22
    • Utilisation    23
      • Instanciation    23
      • Invocation    23
      • Bonnes pratiques    24
      • Pour résumer    26
  • Les dangers du Binding    27
    • Des chaînes non contrôlées    27
    • Un langage dans le langage    28
  • On fait quoi ?    28
  • Déboguer le Binding    28
    • Vigilance    28
    • Une code Xaml court    29
    • Refactoring sous contrôle    29
    • Utiliser des outils intelligents    29
    • Utiliser Expression Blend    29
    • Vérifier les erreurs de binding dans la fenêtre de sortie    30
    • Créer un fichier des erreurs de Binding    30
    • La feinte du convertisseur inutile    32
    • Quelques outils supplémentaires    33
      • Spy++    33
      • ManagedSpy    33
      • Snoop    34
      • Mole    34
      • Reflector    34
      • Vos neurones    34
  • Les syntaxes du Binding    34
    • Le binding simple    34
      • Binding direct    35
      • Binding sur une propriété    35
      • Binding sur une sous-propriété du contexte    36
      • L’Element Binding    37
      • Convertisseurs de valeur    37
        • Paramètres de conversion    38
      • StringFormat    40
        • Injection de culture    41
        • Le ContentStringFormat    42
        • Gérer les nuls    43
    • Le Binding Multiple    44
      • La classe Personne    44
      • Le code du multi convertisseur    45
      • Le code Xaml    46
    • Le Binding XML    47
      • Binding sur une source Web    47
      • Binding sur une source XML en ressource    48
      • Binding sur une requête Linq To XML    49
    • Le Binding Relatif    52
      • Binding to Self    52
      • Le TemplatedParent Binding    53
      • Le Binding sur recherche d’ancêtre    54
      • Le Binding PreviousData    56
        • La source de données    58
        • La visibilité des flèches : la magie de PreviousData et du Binding Multiple    58
        • Le contenu des textes    61
      • Le Template binding    61
        • Utilité    61
      • Le Collection Binding    67
      • Le Priority Binding    69
  • Les propriétés de tous les bindings    74
  • Conclusion    76

Avril est froid et pluvieux mais les soirées rallongent, c’est le printemps même si cela n’y ressemble pas encore beaucoup, grâce à moi vous savez maintenant comment occuper vos soirées et vos weekend au lieu de faire l’idiot dans les embouteillages des vacances : Lisez cet article !

Et Stay Tuned !

Faut-il avoir peur de passer en 64 bits ?

La question fait elle-même tellement trembler qu’elle semble être censurée avant même d’être formulée ! Une censure de type “freudien”, quasi inconsciente. On n’ “ose” même pas y penser…

Pourtant… Pourtant des raisons de passer au 64 bits, ce n’est pas ce qui manque. Prenez la mémoire, 3 Go maximum sous XP, et encore avec une machine bien réglée. Vous allez me dire, pour regarder des vidéos sur youtube et chatter sur msn 3 Go c’est déjà de trop. Et vous avez raison, c’est pourquoi les portables de mes deux filles n’ont qu’un seul Go et qu’elles ne voient pas la différence…

Mais bon, on parle entre pros ici, ce n’est pas le club des bloggeuses du lycée machin ou de la fac trucmuche ! Quand je monte une vidéo, quand je génère des séquences 3D, quand j’ai Blend, VS, Design et illustrator ouverts en même temps plus l’exe que je suis en train tester, avec 3Go ça swappe…

Mais il n’y a pas que la RAM qui rame, certains logiciels tirent réellement profit du 64 bits.

De toute façon la question qui se pose n’est pas de savoir si c’est mieux ou pas, on le sait que c’est mieux, techniquement. Le problème c’est “faut-il en avoir peur” !

Les raisons d’avoir peur sont-elles objectives ?

Je suis certain que pour vous comme pour moi, ce que je savais sur le 64 bits avant de m’y intéresser vraiment n’étaient au fond que des bruits de couloirs. La même fiabilité que les atrocités entendues dès qu’un OS un peu nouveau sort. J’ai entendu les mêmes bêtises pour Windows 1.0, puis toute la série jusqu’à Vista qui était, à en croire tous ces “spécialistes” (mais qui ne l’avaient jamais testé !) un produit bon à jeter à la poubelle.

Pour faire plaisir aux grincheux, Vista II s’est appelé Windows 7 et les gens l’ont testé. Du coup ils trouvent cet OS plutôt pas mal (à raison d’ailleurs).

En cherchant bien je me suis rendu compte que des vraies raisons d’avoir peur du 64 bits je n’en trouvais pas… Oh, bien sûr, il y a ces affreuses histoires de “drivers” qui n’existent pas. Une sorte de légende urbaine. Il y a aussi les terribles incompatibilités des applications existantes ! Il faut tout racheter, ça coûte une fortune !

Mouais… Racontars et bruits de couloirs, c’est bien ce que je crains….

Et comme je ne suis pas homme à me fonder une opinion sur ”l’avis des gens”, j’ai pour les tests un amour certain : ils sont comme des guides clairs et lisibles dans ce monde de désinformation. On coupe le bruit de fond, on se passe une musique sympa, et face à son PC on teste. Et on constate. Là on peut commencer à avoir une idée personnelle qui peut valoir la peine d’être exprimée. Sinon, hélas, le seul droit qu’il reste, en toute éthique, c’est de fermer sa g….

Testons !

Bien entendu je ne vais pas prendre un vieux portable Acer acheté 800 euros il y a 5 ans pour faire le test. Quoi que je pourrais tenter le coup. Mais bon, je suis lucide, si le x64 me plaît ça sera pour l’utiliser sur l’une de mes machines principales, c’est à dire du matériel qui a systématiquement moins de deux ans et acheté de telle façon à toujours avoir le top de ce qui fait, ou plutôt le précédent “top”, histoire de ne pas me faire tondre juste pour la frime.

Je suis donc parti d’une machine Dell Studio XPS neuve, équipée d’un excellent i870 4 coeurs hyperthreadés (donc 8 coeurs apparents, entre autres possibilités de la bête), de 6 Go de Ram et de 2 disque de 1 To classiques. Une video NVida de bon niveau, mais pas un truc de gamer fou. Pour une somme modique, j’ai une config de tueur (silencieuse en plus).

Le choix de la machine étant réglé, posons nous la question de l’OS.

Je ne vais pas tourner autour du pot, j’aime Windows 7, c’est donc un 7 x64 que je vais utiliser.

Installons

La machine étant livrée avec un 7 home premium, l’installation se résume à rien… Mais comme je voulais bénéficier de choses comme le XP mode et la virtualisation j’ai upgradé l’OS d’origine vers un 7 x64 Ultimate. Petit avantage d’être MVP cette opération ne me coute rien puisque je suis abonné à MSDN et que je dispose des licences officielles pour faire ce genre de test.

Donc j’ai upgradé le 7 x64 home premium, en 7 x64 Ultimate. Quelques téléchargements de mises à jour plus tard, tout était ok, sans un hoquet !

Les softs

C’est là qu’une légère panique vous serre la gorge : tout ça d’investi, machine et temps, pour en arriver là, à l’installation des softs, juste pour voir s’ils tournent… et si ça tournait à la cata ?

A tout seigneur… j’ai commencé par Sql Server 2008 et VS 2008. Impeccable. Ce qui est x64 est bien reconnu, le reste tourne comme un charme.

J’ai continué sur cette lancée avec le SP1 de VS2008, les tools Siverlight 3, le toolkit etc. On passe à la suite Expression : Blend 3, Design 3, Encoder 3. No problem.

Il est intéressant de noter que la racine de l’OS possède deux répertoires “programmes”, un pour les softs x64 et un autre “programme file (x86)” dans lequel il sait visiblement ranger tout ce qui n’est pas pur x64.

Première constatation : il n’y a pas de problème de compatibilité, il ne faut pas tout racheter, Windows 7 x64 sait faire tourner (et installer) aussi bien des soft x86 que x64.

Je passe à Zam3D et Swift3D de Electric Rain. Un éditeur déjà moins gros qui n’a pas forcément tout bien ficelé pour un éventuel fonctionnement en x64. Les deux softs s’installent sans souci. Ils tournent à merveille et Swift3D reconnait bien les 8 coeurs ! Une image 3D est prise en test : sur mon double coeur E6700 il faut 4 minutes 10 pour générer l’image (avec deux threads concurrents). Sur le Dell XPS et son i870, le même soft (32 bits) tourne de la même façon mais boucle la génération de la même image 3D en 1 minute 38 en exploitant bien les 8 coeurs apparents. Test concluant. Imaginez le gain pour une séquence vidéo de 300 images…

Seconde constatation : les softs 32 bits même d’un niveau technique honorable sans être des monstres bénéficient immédiatement de la nouvelle architecture (plus de RAM disponible, meilleurs processeurs, architecture hôte x64 transparente).

Je continue avec le pack office ultimate, je n’ai pas la version x64 (s’il y en a une, je n’ai pas vérifié) c’est donc la même que j’utilise sous XP ou W7 x86 que je vais installer. Ici encore pas de souci. Tous les logiciels fonctionnent.

J’ajoute des choses un peu plus vicieuse : webcam, logiciels de traitement video, de sons, etc… Bref, ça ne bronche pas.

Conclusion

Je n’irai pas jusqu’à dire que tout ce que vous avez entendu sur x64 sont d’énormes âneries, tout simplement parce que certains points peuvent avoir été vrais “dans le temps” ou même que dans certains cas très particuliers il peut subsister des zones d’incompatibilité (surtout avec du hardware un peu dépassé et dont le fournisseur ne propose pas de driver récent).

Mais l’exotisme n’est pas mon but. J’ai des machines pour produire. Des logiciels. De la musique. Des vidéos. Des images. Tout cela réclame des produits à jour et à la pointe. Ce que je voulais savoir par moi même et par le biais d’un test indiscutable était simple : fallait-il ou non avoir peur de x64 ?

Ma réponse est claire et nette : après l’expérience que j’ai menée et vous ai racontée ici en version courte, c’est même la question de départ que je trouve stupide maintenant…

Windows 7 x64 est un OS qui brise les limites qui nous chagrinent, comme la mémoire maxi vue par l’OS sous x86. La virtualisation est parfaitement intégrée à 7 x64 comme elle l’est à la version 32 bits. Le XP Mode permet donc de résoudre d’éventuels problèmes de compatibilité de façon simple et élégante.

Au bout du compte on a enfin un OS qui correspond aux capacités des processeurs qu’on payent cher généralement et aux barrettes de RAM qu’on installe parfois en pure perte (j’ai vu plein de PC avec 4 Go intallés et tournant sous XP ou W7 x86, il y a une barrette qui aurait pu servir à se payer une toile ou un resto…).

La réponse à la question de départ est donc : NON.

Le conseil que j’y adjoins est : passez à W7 x64 vous verrez ce que c’est que d’avoir un vrai OS à la mesure des processeurs modernes.

Maintenant ne venez pas rouspéter si vous faites la manip sur une vieille bécane dont les périphériques internes sont trop vieux pour avoir les bons drivers. Passez à x64 ne s’entend que sur des machines de génération récente équipées correctement (au moins niveau processeur, RAM et carte graphique).

Mais lors du renouvellement de votre machine, pensez-y. Oubliez le 32 bits dépassé et limité, et osez un OS à la mesure des défis à relever !

Fichiers PFX de signature de projet Visual Studio / objet déjà existant après migration Windows 7

Vous l'avez compris, l'entrée de blog d'aujourd'hui ne parle pas de Silverlight ni d'autres sujets technologiques passionnants mais d'un problème très ennuyeux intervenant après la migration sous Windows 7. Cela concerne les projets signés numériquement sous Visual Studio, ceux possédant un fichier PFX donc.

Une fois cette migration effectuée, tout semble tellement bien marcher que vous lancer fièrement Visual Studio sans vous douter du complot sournois qui se trame contre vous et qui se révèlera au moment où vous tenterez d'ouvrir une solution contenant des projets signés... Vous allez me dire, l'attente est courte. En effet, il est rare d'ouvrir VS juste pour le plaisir de le regarder, assez rapidement, même pour les plus lents d'entre nous, on finit par faire Fichier / Ouvrir (les plus créatifs préférant Fichier / Nouveau, mais ce n'est pas le sujet du jour).

A ce moment là, tous les projets signés déclenchent une importation du fichier PFX (même si vous êtes toujours sur la même machine et que rien n'a changé, n'oubliez pas que cette machine vient de migrer de Vista à 7 !). Comme vous êtes un développeur honnête, vous connaissez bien entendu les mots de passe des fichiers PFX de vos projets. Donc pas de problème vous tapez le mot de passe. Bang ! Erreur "l'objet existe déjà" (Object already exists). Et pour peu que votre solution contienne des dizaines de projets, ce qui est mon cas assez fréquemment, vous allez boucler sur cette séquence pour tous les fichiers PFX. A la fin vous pourrez travailler sur votre solution, mais à toute tentative de compilation vous vous reprendrez la même séquence : importation de la clé, demande de mot de passe, échec pour cause d'objet existant, etc pour chaque projet signé.

C'est un peu gênant... Mais il existe une raison et une solution !

La raison, en tout cas pour ce que j'en ai vu, c'est que la migration vers W7 modifie les droits du répertoire dans lequel sont cachés les clés importées. Pourquoi ? Je n'en sais rien et pour l'instant je n'ai rien trouvé sur le Web à ce sujet.

En tout cas, le problème étant identifié, il existe une solution : changer les droits et s'approprier le dit répertoire. Ca peut être plus compliqué que prévu, en tout cas j'ai galéré un peu (j'avoue franchement ne pas avoir un niveau d'expert en matière de gestion de sécurité sous Windows). En effet il faut déjà trouver le répertoire en question. (roulements de tambours) c'est... c'est... C:\Users\All Users\Microsoft\Crypto\RSA

Maintenant que faire... Clic droit sur le répertoire (dont l'image possède un petit verrou d'ailleurs, verrou qui disparaitra en fin de manip), onglet sécurité et on essaye de s'approprier tout ça. Ca plantouille car Windows répond qu'on n'a pas les droits sur xxxx (à remplacer par le nom imbuvable de chaque fichier de ce répertoire, justement ceux posant problème).

Bref, il faut y aller à la main. On entre dans le répetoire et on fait un clic droit / sécurité sur chaque fichier. Certains laissent voir la page Sécurité immédiatement. Laissez tomber. Mais un certain nombre d'autres fichiers affichent un message vous indiquant que vous n'avez pas le droit de voir l'onglet Sécurité ! Heureusement Windows vous permet de vous les approprier, donc d'en devenir le propriétaire (au passage je vois mal l'intérêt d'interdire un truc en proposant de l'autoriser, je vous l'ai dit, je ne suis pas un expert en Sécurité Windows !). C'est ce que j'ai fait pour chaque fichier. En fin de manip j'ai recommencé la modification des droits sur le répertoire lui-même, et là c'est passé. Plus de petit verrou affiché dans le symbole dossier.

Et immédiatement, Visual Studio ne redemande plus l'importation des clés. Ca remarche. Ouf !

Je suis convaincu que je m'y suis pris comme un pied pour régler le problème (il doit y avoir plus simple et plus propre que de devenir propriétaire de chaque fichier un par un), en tout cas ça règle bien le problème qui avait été bien identifié : problème de droits sur le répertoire des clés.

Pour l'instant c'est la seule surprise que j'ai eu en migrant cette machine de Vista à Windows 7. Le reste marche très bien et on ne perd rien ce qui est très appréciable (comme j'aurai aimé que cette option de migration sans douleur existe sur les anciennes versions de Windows !).

J'espère que le récit de cette mésaventure (et surtout sa solution) évitera à certains de perdre quelques heures... Si oui, n'hésitez pas à me le dire, ça fait toujours plaisir de savoir qu'un billet a été utile !

Et sir parmi vous il y en a qui sont plus doués que moi niveau sécurité Windows, qu'ils n'hésitent pas à indiquer la "bonne" manip pour arriver au résultat je modifierai en conséquence le présent billet...

Dans tous les cas, Stay Tuned !

Bien commencer avec Silverlight 3 (les setup indispensables)

Silverlight 3 est disponible depuis juillet dernier mais il n'est pas toujours évident de savoir exactement ce qu'il est nécessaire de télécharger et où pour bien commencer.

Les vacances sont passées par dessus tout ça, du coup vous n'avez pas forcément bien suivi l'action, alors pour vous voici en mode slow motion, le replay des indispensables à installer pour s'amuser comme un fou avec Silverlight 3 et surtout être au point pour concevoir des applications RIA !

Silverlight 3

Le runtime est indispensable pour, au minimum, pouvoir exécuter les applications : Le runtime Silverlight 3
Le SDK est en revanche le minimum syndical pour concevoir des applications Silverlight 3 : Le SDK Silverlight 3

Expression Blend 3 avec Sketchflow

Blend est un l'outil indispensable pour créer des applications WPF et Silverlight. D'autant plus que depuis la version 3 de Silverlight il n'y a plus d'affichage du visuel sous VS 2008. Il reste la possibilité de tout faire à la main en mode éditeur de XAML mais franchement ce n'est pas comme ça qu'on peut créer sérieusement un visuel alors : Blend 3 et Sketchflow
Vous noterez qu'il s'agit d'une version d'essai, Blend 3 n'a pas de version gratuite.

Visual Studio 2008

En attendant la version 2010 qui intègrera le designer visuel de Silverlight, il est toujours nécessaire de posséder VS 2008. En effet, Blend ne gère pas le debug qui ne peut s'effectuer que par VS. Bien qu'un éditeur de code a été ajouté à Blend 3 il est aussi plus confortable d'utiliser Visual Studio pour toute la partie code. Si vous ne possédez pas VS 2008 : Version d'essai de VS 2008

Visual Web Developer Express 

Si vous préférez un outil gratuit, n'oubliez pas que Visual Web Express est une bonne alternative à Visual Studio.

Outils Silverlight

Tout un tas de choses indispensables notamment pour permettre de travailler sous Visual Studio ou Visual Web Express. A noter que VS doit être absolument patché avec le SP1 avant d'installer tout ça : Les Silverlight Tools.

Le Toolkit

Silverlight 3 est un produit riche, mais il l'est encore plus lorsque le toolkit est installé. De très nombreux contrôles indispensables sont ajoutés : le Silverlight Toolkit.

Les RIA Services

Grâces aux Services RIA, la gestion de données distantes (n-tiers) devient un jeu d'enfant. C'est un must pour tous ceux qui souhaitent développer des applications orientées données avec Silverlight : .NET RIA Services.

Deep Zoom Composer

Si vous souhaitez créer des images Deep Zoom, il est nécessaire de posséder le Composer : Deep Zoom Composer.

Le site officiel

Encore un lien indispensable ! La partie "getting started" vous renseigne sur les téléchargement de base et propose même un installeur global "Microsoft Web Platform". Vous trouverez aussi sur ce site de nombreuses vidéos de présentation et de formation (en anglais) : Le Site officiel Silverlight.

Dot.Blog

Et oui ! Si vous souhaitez rester à jour et être au courant, le mieux c'est encore de venir sur Dot.Blog le plus souvent possible ou mieux, de s'abonner au flux RSS et surtout : Stay Tuned !

 

Les coachs Microsoft pour passer au concret plus vite !

Apprendre une nouvelle techno ce n'est pas toujours facile, savoir par où commencer, où trouver des ressources devient vite un jeu de piste.

Hier je vous donnais déjà une liste de ressources indispensables et pas toujours bien connues mais savez-vous que Microsoft a mis aussi en place des "coachs", et en frenchy en plus !

Des "coachs" ce sont des séries de petites formations très orientées pratique pour débuter rapidement avec une techno. Il en existe plusieurs :

De quoi se faire une idée rapide et mettre les mains dans le moteur !

Amusez-vous bien (en vous formant)

 A noter aussi les forums développement de MSDN dont certains sont directement connectés aux coachs (comme celui sur Silverlight)

Et Stay Tuned !

Les propriétés de dépendance et les propriétés jointes sous WPF (article à télécharger)

En voilà un beau sujet ! Vous allez me dire qui irait investir deux jours à taper 25 pages sur ce sujet, il faut être totalement givré ! Et bien vous en avez un devant vous (par blog interposé) ... donc pas de remarques désobligeantes sur ma santé mentale, hein !

Certes les propriétés de dépendance et les propriétés jointes de WPF et Silverlight ne semblent pas être un sujet aussi exitant que quelques astuces LINQ ou la meilleure façon d'intégrer de la 3D dans Silverlight 3 (miam!)... Je vous le concède. Mais en revanche c'est un sujet capital car derrière ces propriétés bien particulières se cache l'un des piliers de la puissance de WPF, un mécanisme qui autorise la gestion des styles, des animations, du Data Binding et de bien d'autres choses sans lesquelles WPF ne serait pas ce qu'il est.

Savoir ce qu'est une propriété de dépendance ou une propriété jointe, savoir en déclarer et savoir les utiliser représente une base impossible à zapper.

Alors, pour tout savoir sur le sujet, téléchargez mon dernier article "Propriétés de dépendance et propriétés jointes (WPF/Silverlight)" !

L'article est fourni en PDF avec les sources du projet exemple (utilisable sous VS 2008 ou Blend 2).

NB: Pour mieux comprendre cet article si vous n'êtes pas encore un expert de WPF, je vous conseille la lecture de mon précédent article "10 bonnes raisons de préférer WPF".

Bonne lecture,

... Et Stay Tuned !

Un utilitaire sympathique (code snippet designer)

Les codes snippets de Visual Studio sont très pratiques et permettent d'automatiser l'écriture de structures de code répétitives tout en étant paramétriques.

Toutefois la conception de snippets n'est franchement assistée, alors que VS est un monstre de trucs, bidules et wizards en tout genre. Il y avait donc largement matière à combler le manque...

Il existe maintenant une solution simple et gratuite "snippet designer".

Il s'agit d'un projet CodePlex que vous trouver sur la page SnippetDesigner.

En deux coups de cuiller à pot* vous pourrez exporter un bout de code pour créer un snippet et accéder au designer de l'add-in. Pratique et simple comme j'aime...

image

(*) J'aime bien cette expression "deux coups de cuiller à pot", je ne sais pas pourquoi, elle m'amuse. Mais pour éléver le débat sachez que son origine, bien que toujours discutée, remontrait au début du 20eme siècle, dans le milieu militaire ou carcéral, la cuiller à pot étant en fait une louche permettant de servir très rapidement la pitance aux tablées de militaires ou de prisonniers. Vitesse et simplicité, sans chichi, "en deux coups de cuiller à pot" résume tout cela. Je préfère manger des sushi avec des baguettes qu'un rata servi à la louche, mais j'aime bien l'expression. Et vous aurez appris quelque chose de facile à placer dans un repas pour faire érudit ;-)

Stay Tuned !

Nouvelle version du générateur de C#/VB à partir d'un schéma XSD

Dans mon billet "Un générateur de code C#/VB à partir d'un schéma XSD" je vous présentais un outil bien sympathique permettant de générer des classes C# ou VB à partir de schémas XSD. Cet outil est bien plus intéressant que "xsd.exe" fourni avec le Framework.

Juste une petit billet donc pour vous signaler que Pascal Albanel vient de releaser (sur CodePlex, avec code source) la nouvelle version de son Addin Visual Studio XSD2Code.

Au programme des nouveautés de la version 2.6 : sérialisation et désérialsiation, provider C++, setup revu et corrigé.

Un utilitaire à posséder dans votre trousse à outils. Le lien: XSD2Code sur CodePlex

Happy Coding !

Bonne nouvelle, Mise à jour en FR des outils Silverlight ! (et autres infos)

Silverlight, le truc le plus exitant avec LINQ dans toutes les technos MS du moment... La version 2.0 qui est sortie depuis quelques semaines est la première qui propose un CLR portable fonctionnant sous Mac ou Linux avec l'adoption de C# au lieu de JavaScript comme langage de programmation. Ce n'est pas la seule nouveauté de SL 2 (voir mes billets à ce sujet) mais c'est essentiel et c'est ce qui rend la V 2 réellement intéressante.

Les outils pour gérer SL 2.0 étaient déjà dispos depuis quelques temps mais en US seulement et les patches ne pouvaient pas passer sur les versions FR.

ça y est ! Microsoft de vient de mettre de ligne les outils SL 2 pour Visual Studio FR et aussi (et surtout) le SP1 de Blend 2 FR !

Si vous ne possédez pas Blend, achetez-le, c'est le seul vrai moyen de développer sérieusement sous WPF et Silverlight (en tandeme avec Visual Studio). Je vous conseille aussi au passage Expression Design (plus simple à prendre en main que Illustrator) ainsi que l'excellent Xaml 3D de Electric Rain (ou son grand frère Swift 3D), des softs de création 3D que j'adore (j'aurai des choses à vous montrer dans quelques temps). SL 2 ne gère pas encore la 3D come WPF mais il existe un projet CodePlex d'un tel moteur qui est pas mal avancé (projet Balder)

Pour ce qui est des Tools Visual Studio avec le SDK c'est ici : http://www.microsoft.com/downloads/details.aspx?displaylang=fr&FamilyID=c22d6a7b-546f-4407-8ef6-d60c8ee221ed

Pour la mise à jour de Blend 2 SP1 c'est ici : http://www.microsoft.com/downloads/details.aspx?displaylang=fr&FamilyID=eb9b5c48-ba2b-4c39-a1c3-135c60bbbe66

A noter que les outils SL 2 peuvent être installés sur VS Express Web Edition pour obenir une solution totalement gratuite de dev sous SL 2 !

Eclatez-vous bien avec Silverlight, et Stay Tuned !