Dot.Blog

C#, XAML, Xamarin, UWP/Android/iOS

Interopératibilité Windows / Linux via MONO (suite...)

Pour ceux qui ont suivi mon billet précédent concernant l'installation d'une Mandriva et d'une OpenSuse sous VirtualBox dans un XP et de tout le bataclan MONO vous savez ce que je bricole ses jours-ci, pour les autres, et bien maintenant vous le savez :-) Le but du jeu n'est bien évidemment pas la prouesse de virtualiser un Linux sur XP, même si le chemin est long, mais de tester l'interopérabilité des exécutables .NET entre Windows et Linux.

Le casse-tête des installations et le pont réseau

Je ne vous résume pas l'épisode précédent, mais ce fut un peu laborieux. Mon dernier problème consistait à pouvoir lire mes disques XP depuis le Linux virtualisé. Ca n'a pas été facile mais j'y suis arrivé. Via un driver réseau qu'il faut installer à part de la VirtualBox Sun et qui monte dans Windows une connexion réseau spéciale (à laquelle on donne le nom qu'on veut). Ensuite il faut paramétrer VBox pour que l'instance virtualisée de Linux voit ce réseau interne et non pas la carte réseau (émulée) qui donne accès au web notamment. Mais cela n'est pas tout, il ne faut pas oublier d'aller dans les connexions de Windows, d'ouvrir les propriétés du Pont Réseau et de cocher les cases des réseaux qu'on veut relier dont le fameux réseau virtual créé pour la VBox! A partir de là on peut voir les répertoires partagés Windows sous OpenSuse et les ouvrir, sans perdre l'accès Web bien entendu. Magique...

Le casse-tête des Windows forms

Pour la petite histoire, faire du Gtk ne m'interpelle pas pour l'instant. Je veux pouvoir écrire une soft .NET avec Windows Forms et l'exécuter sous Linux. Donc j'ai besoin des Windows Forms sous MONO/Linux. Or, si l'assemblage des WF est bien présent dans les dernières livraisons de MONO, MonoDevelop, l'IDE, lui ne sait pas designer des forms WF... Diable!

Je vous passe les étapes, les recherches, les essais infructueux, j'en suis arrivé à installer MONO sous Windows et SharpDevelop, puisque celui-ci est sensé pouvoir cibler MONO. Oui... il était sensé faut-il préciser. SharpDevelop ne supporte plus MONO, ils se concentrent sur .NET tout court. Zut! Re-recherches, re-essais infructueux. Mais il existe dans les sources de SharpDevelop un répertoire Sample qui contient un sous-répertoire MONO. Qu'est-ce donc ? Un plug-in pour faire reconnaitre MONO à SharpDevelop (sous Windows donc). Bingo! Et ça marche.

La portabilité mise à l'épreuve

Une fois toutes ces usines à gaz configurées et capables de tourner sans problème (ce qui reste toujours un miracle à mes yeux), il restait à faire un premier test de portabilité. Ne soyons pas trop gourmands, disons juste un simple Hello Word en mode console. Faut y aller doucement !

Nouveau projet sous SharpDevelop (sous XP donc), cible MONO, projet console. On fait un Console.Writeline et une pause clavier histoire de voir si marche ou pas. Sous Windows le projet s'exécute sous MONO sans problème ("MONO montest.exe"), plus fort le même exécutable passe aussi directement ("montest.exe") et il est alors exécuté par le framework .NET Microsoft. Pas mal.

On lance OpenSuse dans VirtualBox, on accède via le réseau virtuel au répertoire partagé qui contient "montest.exe" sur XP et on exécute via MONO (comme sous Windows "mono montest.exe").. Et là, la magie s'opère, ce bel EXE créé sous Windows s'exécute sous OpenSuse sans aucune recompilation. C'est beau j'en pleurerais...

Conclusion

La prochaine étape: tester une application avec une form Windows Forms. Mais déjà à ce stade on peut affirmer que la compatibilité "binaire" des "exe" .NET entre Windows, Mono, et Linux est assurée, ce n'est pas de la science fiction, ça marche vraiment. je ne dis pas que des grosses applications peuvent passer sans recompilation, n'exagérons rien. Mais déjà les applis consoles, les libs de code, etc, tout ça passe.

.NET offre désormais ce que tout le monde à promis depuis des dizaines d'années sans vraiment y arriver : l'interopérabilité. Delphi avec Kylix avait fait une belle tentative, hélas sans succès (vendre un IDE Kylix à 20.000 francs de l'époque pour des linuxiens habitués à la gratuité, c'était crétin, tout autant que d'impose QT sous Windows), Java est le seul langage qui avait réussi à faire de l'interopérabilité, mais au prix de la lenteur légendaire d'un langage interprété et au prix d'une complexité et d'une gigantesque incompatibilités entre les VM et les libs diverses. Même si certains de ces défauts sont aujourd'hui gommés, .NET est un framework bien plus cohérent que Java, bien plus moderne, et sa normalisation, qui a permis le projet MONO, démontre toute la viabilité de cette plateforme même au-delà du cercle (déjà très large) de la communauté Windows.

Une fois tous mes tests terminés j'en ferai certainement un article, voir quelques chapitres d'un prochain bouquin à venir..
J'espère en tout cas que ces petits billets vous donneront, à vous aussi, l'envie de tester tout ça. .NET ouvre des portes, des tas de portes, c'est une gourmandise que de toutes les pousser et de découvrir derrière chacune d'elle un monde à s'approprier. Soyez gourmands aussi !

et... Stay Tuned !

blog comments powered by Disqus