Dot.Blog

C#, XAML, Xamarin, UWP/Android/iOS

Ubuntu 14 et les licences Windows perdues

[new:30/05/2014]Voici ce qui pourrait être un conte gentil écrit par quelque linux-boy pour soigner la propagande de Ubuntu. En fait c’est un récit réel, raconté par un MVP Microsoft. Forcément ça fait plus peur…

De l’art de perdre des licences Microsoft

Tout le monde le sait, une fois activé, un OS Microsoft, comme un package Office, est lié à la machine jusqu’à la mort et rien ne peut les séparer. Aucun moyen de dissocier la licence pour la transporter sur une autre machine par exemple. Pire, si jamais le savant calcul de reconnaissance de la machine décide que ce n’est plus la même machine, il faut réactiver une fois de plus les licences ! Cela m’est arrivé quelques fois, ça existe.

Quant aux licences Offices perdues, je ne les compte plus. Heureusement que je suis MVP et que j’ai le droit à un abonnement MSDN. Si j’étais client cela fait longtemps que j’aurai envisagé une autre solution moins inquiétante pour mes finances. Ce que j’ai fait d’ailleurs sur certaines machines car j’en avais assez de “griller” des licences sur des postes souvent mis à jour (comme changer l’OS pour faire des tests par exemple). Certes les licences MSDN sont données pour ça, pour faire des tests. Et c’est bien, je ne m’en plaindrais jamais, merci Microsoft !

Mais cette générosité ne saurait effacer les problèmes graves liés à la façon dont les licences sont gérées. Vous achetez un portable avec Office dessus (c’est compté dans le prix…) impossible de reformater la machine avec un autre Windows tout en reprenant la licence Office. Elle est perdue, grillée. Au moment où vous appuyez sur le bouton “ok” de la confirmation du formatage vous vous imaginez en train de déchirer quelques billets de banque… Ce n’est plus de l’obsolescence programmée, de mon sens c’est une escroquerie : la chose achetée est rendue inutilisable dans ce seul but pour forcer l’achat d’autres licences, aucune raison technique n’explique ou n’excuse un tel système.

J’utilise d’autres logiciels que ceux de Microsoft, notamment Xamarin pour le développement Android, ou Ableton Live ou Bitwig pour la musique. Tous ces logiciels ont un système de licence transportable. Avec Xamarin vous attribuez des “places” à des machines ou vous les supprimez comme bon vous semble. C’est facile. Vous allez sur le site Xamarin, vous vous loggez et vous supprimer une licence d’une machine. Il suffira de réactiver sur une autre.

Pourquoi diable Microsoft ne le permet pas avec Office par exemple ? Avec Windows ? Aucune raison valable et dans ce monde de plus en plus concurrentiel j’espère qu’un jour, et pas trop tard, un responsable plus intelligent que les autres prendra la décision de changer ce mécanisme roublard et inéquitable.

En attendant il faut faire avec : vous installez Windows, vous entrez un code licence, vous activez, c’est fichu… à la vie à la mort !

C’est comme cela qu’on grille des licences en veux tu en voilà !

Un XP basic, un XP Pro et Windows 8.1 Pro à la poubelle en 2 heures…

On part d’une situation simple : je récupère un portable Acer Aspire 5600 acheté en 2008 qui tournait pour la compta. Une vieillerie mais une vieillerie qui fonctionne toujours à merveille. Enfin en dehors du “merdier”, je ne trouve pas d’autres mots appropriés, qui régnait dans l’OS, un XP d’origine. Plantages, lenteurs rendant la machine inutilisable, affichages intempestifs, bref la machine était vérolée jusqu’à l’…OS !

Faire du ménage ?

L’informaticien est un optimiste, sinon il ne ferait pas un tel métier. J’ai donc perdu une bonne heure (d’informaticien, donc certainement au moins deux ou trois à la montre de l’homme de la rue) à essayer de supprimer les softs inutiles, à tuer les processus bizarres, etc.

A la fin, et ça se termine toujours comme ça, je me suis dit que j’avais assez joué (entendez “perdu de temps”) et qu’il fallait utiliser une méthode plus sure et plus rapide : tout reformater.

Adios XP basic, Welcome XP Pro !

Déjà j’étais en train de m’assoir sur la licence XP basic qui équipait la machine. Peu importe son âge j’avais payé ça dans les 700 ou 800 euros (de 2008 donc pas cadeau), OS compris, et je n’aime pas le gâchis. Mais bon…

Je sors donc un CD que je grave avec un XP Pro tout neuf en SP3 venu directement de MSDN.

Tout se passe pas trop mal, j’entre la licence, par force, et je vais au bout. Génial ça marche. Machine propre et OS activé. Mais rien n’est reconnu. Un heure de recherche et de téléchargement plus loin j’ai installé tous les drivers originaux de chez Acer. Pas de raison de se tromper, Acer n’a jamais mis à jour les pilotes même pas pour Vista… Ca aussi ce sont des méthodes déloyales pour forcer l’utilisateur à jeter une machine s’il veut installer un OS plus récent. Honte à Acer donc.

Me voici avec une machine XP Pro tout à fait correcte qui marche bien.

Plus d’anti virus…

Ah mais quel idiot ! Le support XP est terminé depuis peu, et j’avais zappé que Microsoft Security Essential ne pouvait même plus être téléchargé ! Les mises à jour fonctionnent pour les XP installés, mais impossible de mettre un MSE sur un XP neuf…

Je me dis, optimiste toujours, que je vais coller un AVAST gratuit ou un truc du même genre.

Ahhh les filous, ah les bandits ! Dans le bal des escrocs les fournisseurs d’anti-virus ne sont pas les derniers. Ah les cuistres, les traitres ! Microsoft ne fournit plus MSE gratuitement ? Et bien il va falloir casquer pour protéger votre vieil XP ! fini l’anti-virus gratuit…

Pris en otage par ces margoulins, je décide que puisque c’est ainsi, je vais mettre un Windows 7. Mais j’hésite, quitte à mettre un autre OS récent autant mettre un Windows 8 qui est largement plus fluide que Windows 7 que tout le monde aime par peur de Windows 8 mais qui est aussi lent qu’un XP.

Et là je me prépare psychologiquement à m’assoir sur la licence XP Pro qui vient d’être installée… Elle est encore tout chaude, même pas servie à faire une partie de démineur qu’elle est déjà condamnée. Je ne vais pas acheter une licence d’anti-virus à la noix pour une vieille machine de 2008 que je voulais juste remettre un peu en ordre histoire d’avoir une station Internet pratique…

Impossible de mettre dans la nature une station XP sans aucune protection ! En deux jours on me l’aura véroler c’est certain.

La mort dans l’âme je sors un DVD (tout augmente) pour graver un Windows 8.1 tout droit sorti de MSDN aussi… Et pas une version à 2 cents, un W8.1 Entreprise très cher.

Bye-bye seconde licence XP ! Welcome Windows 8.1

Un optimiste çà ne se fait pas miner aussi facilement que ça nom de Zeus !

On reformate, on entre la clé licence, on active et magie : voici un magnifique portable sous Windows 8.1. protégé, à jour, assez efficace. Un bonheur. Ou presque.

Je commence toujours une installation de Windows 8 par un téléchargement de Chrome et de Classic Shell.

Me voici en bureau classique, un vrai Windows donc, avec un vrai navigateur.

Mais l’écran est bizarre, c’est écrit un peu gros je trouve… En effet la résolution est en 1024x768 au lieu des 1280x800 résolution native de cette machine…

je vous fais grâce des deux jours qui suivirent à tenter tous les bricolages même les plus ignobles (télécharger des vieux drivers, les dézipper, et forcer l’installation à la main, etc).

Rien n’y fait. Rien n’y fera. Windows 8.1 ne sait pas reconnaitre ma carte graphique, ATI/AMD n’a pas fait de mise à jour pour Windows 8.1 pour le modèle en question, et tous les bricolages échouent.

Que faire ?

Se résigner à avoir un affichage pourri ?

Se résigner à perdre la licence Windows 8.1 et “mettre autre chose” ?

Auf wiedersehen Windows 8.1 !

Ach ! Gross malheur… Il faut savoir se dire adieu et c’est pas facile avant même d’avoir consommé… Pas même un petit bisou, rien. Encore une licence Microsoft grillée pour rien. Il n’y a pas de solution pour faire marcher ce portable avec aucun OS de cet éditeur, sauf à rester en XP sans anti-virus.

Là l’optimisme faiblit un peu, mais heureusement l’informaticien optimiste l’est vraiment, même dans les situations les plus désespérées ! sinon on ne dirait pas de lui qu’il est optimiste. Logique. Et un informaticien est logique, par ADN, comme Spock.

Je prends donc la décision de m’assoir sur la 3ème licence d’OS Microsoft en 2 jours.

Ok, l’une est d’origine et largement amortie, et les deux autres viennent de mon abonnement MSDN, mais je ne suis pas vénal, ce n’est pas avec de tels arguments que vous calmerez mon courroux, je me suis fait avoir de 3 licences d’OS juste parce que ces produits sont incapables de marcher sur mon PC et qu’il est impossible de désactiver une licence attribuée… Ce n’est pas normal.

Mais chacun tirera les conclusions qu’il veut de ma petite histoire. Je dis uniquement les faits, chacun sera juge.

Que me reste-t-il comme solution à part jeter ce portable qui marche bien ?

Ubuntu le sauveur

logo-ubuntu_st_no®-black_orange-hexUbuntu… Cette “distrib” de Linux qui est tellement comme tous les autres Linux et qui en même temps est tellement différente dans le sens où elle se soucie de ressembler à un OS moderne… J’y avais bien pensé au départ et j’aurais du suivre mon instinct et économiser deux licences Windows (la première était perdue dans cette logique là, c’est pourquoi je parle de 2 et non de 3. La colère n’interdit pas l’exactitude et l’honnêteté du propos). Ubuntu a donc l’avantage de s’installer comme un Windows et de proposer d’emblée un environnement utilisable et même un “store” pour installer des logiciels. Rien à voir avec ces usines à gaz fonctionnant en ligne de commande et vous posant toutes les deux secondes des questions auxquelles seul un expert peut répondre (Gnome, Cinnamon, LXDE, Pantheon ou KDE ? vous savez vous ?). Bien entendu ceux d’entre-vous qui sont des aficionado de Linux rigoleront dans leur barbe devant des questions aussi simples, seulement voilà, en dehors d’experts personne ne sait répondre et le fameux “grand soir” de Linux dont j’entends parler depuis 30 ans n’est _jamais_ venu. Et j’en connais la raison quoi que les linuxiens puissent en dire ou penser… Android et Ubuntu sont des exceptions parce que justement ils se soucient de l’UX.

N’ayant pas de temps à perdre avec des tartines de texte exotique à taper en mode console, c’est donc naturellement vers cette version particulière de Linux que je me suis tourné en désespoir de cause.

Tuez Windows 8.1 Entreprise ?

Il y a un moment dans l’installation où on ressent un petit pincement au cœur quand on est un MVP et qu’on aime les produits Microsoft (même si je ne suis justement pas un VRP et que je sais ne pas être tendre quand cela est mérité – c’est d’ailleurs ça un expert indépendant, pas un laquais).

2014-05-12 21.46.54 sans w8

Ce moment là est délicat mais il faut aller jusqu’au bout. Sous Windows 8.1 la carte graphique n’est pas reconnue et l’affichage se fait dans une résolution non native, c’est affreux. Et aucun espoir d’arranger les choses sauf à attendre le coup de bol d’un type sur Internet qui aurait bricolé une solution. J’ai cherché mais en vain. Cette solution existe peut-être mais la limite de temps pour la remise en état de ce PC est largement dépassée, je dois être efficace.

Installer Ubuntu

2014-05-12 21.46.26 u1404

Ubuntu s’installe… Sans poser de questions curieuses. Un utilisateur de Windows s’y retrouve très facilement c’est presque identique.

Dire que c’est rapide, sur ce vieux PC rien ne l’est vraiment. Mais c’est un peu plus lent que l’installation de Windows 8 il faut malgré tout en convenir. Windows 8 est un superbe OS, dommage qu’il ne sache pas reconnaitre une carte graphique ATI qui n’a rien d’exotique.

XP Pro aussi je l’aimais bien, mais je n’ai pas envie de me faire avoir par des raquetteurs qui vendent des anti-virus qu’ils offraient avant que MS n’arrête son support…

Ca marche et tout est reconnu !

Ca y est, l’installation est terminée je vais pouvoir découvrir si j’ai eu raison d’installer Ubuntu et de flinguer trois licences Microsoft en deux jours…

2014-05-14 17.33.52 acer

En fait c’est un vrai conte de fée… D’abord ça marche. Ensuite ça marche même très bien !

La carte vidéo que Windows 8.1 ne connaissait pas, Ubuntu sait la régler sur la bonne résolution tout de suite, sans aucune question…

Les anti-virus payants ? Ubuntu est tellement sécurisé même de base qu’il faut un mot de passe administrateur pour installer un logiciel, ça évite les déconvenues même si on laisse la machine entre les mains de tout le monde…

Ubuntu c’est un joli desktop personnalisable, une barre de menu à gauche, Libre Office et plein d’autres softs sympa installés de base. J’ai rajouté Gimp et Inkscape que j’utilise souvent pour le dessin. J’ai installé ma DropBox qui s’est synchronisée toute seule comme un grande, j’ai ajouté Skype qui marche très bien, bien sûr Chrome qui tout de suite m’a repris mes raccourcis automatiquement et les extensions installées sur mes PC, bref en quelques minutes et pour Zéro euro ma machine que certains m’auraient bien vu mettre à la poubelle pour en acheter une neuve était de nouveau opérationnelle, utilisable.

Have a cigar !

Fumer c’est mal. Mais au-delà de cette affirmation moralisatrice, et bien sûr loin de la célèbre chanson des Pink Floyd, “have a cigar” est une expression qui se disait aux US dans le sens “prends une pause maintenant que tu as réussi”. On retrouve d’autres expressions US où le cigare est l’emblème de la récompense pour une réussite, enfin du temps où fumer était politiquement correcte au pays des cowboys. Ca marche aussi dans l’autre sens d’ailleurs “nice try, but no cigar”, du genre “bien essayé mais c’est perdu !”, sous-entendu “pas de récompense”, donc pas de cigare.

Et bien là c’est le moment de sortir le cigare pour fêter ça.

Certes la perte de trois licences d’OS couteux n’est pas franchement une grosse marade. Certes le temps perdu pour en arriver à installer un Linux n’est pas en soi une grande réussite, les linuxiens diront “tu n’avais qu’à commencer par là !”.

Certes. Mais je suis MVP Microsoft, ne l’oublions pas. Si je pensais Linux à chaque problème qui se pose, j’appartiendrais à un autre monde que celui dans lequel j’évolue… C’est ni bien ni mal, mais j’assume mon parti pris pour la technologie Microsoft, quand elle marche bien, ce qui est heureusement souvent le cas. Cette petite histoire n’en fait pas vraiment la démonstration, mais les près de 700 autres billets le font !

Alors comme je n’ai pas allumé une clope depuis plus de 4 mois, je ne vais pas allumer un cigare, je vais juste faire chauffer mes vapoteuses Sourirequi ont un super look de sabrolaser de Jedi !

2014-05-12 21.39.52 sabro

 

Conclusion

Griller des licences d’OS commerciaux car ils ne donnent pas satisfaction pour en arriver à installer Ubuntu est plutôt une histoire triste pour un MVP. Mais comme je le disais plusieurs fois, le vrai informaticien est un optimiste forcené.

Alors je prends la chose du bon côté en espérant que ce petit conte fera réfléchir ou amusera. A chacun de conclure comme il le veut !

La prochaine fois je vous parle de C#6, un autre monde (quoi que MonoDevelop s’installe bien sûr sur Ubuntu et qu’on peut donc programmer en C# sur le vieux portable vedette malgré lui de cette aventure !).

Stay Tuned !

blog comments powered by Disqus